Les Amis d’Al-Rowwad

La Vallée des Fleurs

Marj El Zouhour, la « vallée des fleurs » : un simple hameau au coeur du Liban Sud

Ecrit par Christophe Oberlin

Photographies de Samer Modhad et Joss Dray

Marj El Zouhour, la « vallée des fleurs » : un simple hameau au coeur du Liban Sud, que rien ne prédisposait à la notoriété. Pourtant aujourd’hui à Gaza et en Cisjordanie , des médecins, des professeurs, des imams, des députés, des ministres sont « des anciens de Marj El Zouhour ».

En effet ce ne sont pas moins de 417 Palestiniens du Hamas et du Jihad Islamique qui ont été capturés sur ordre d’Yitzhak Rabin en décembre 1992, et déportés en terre libanaise.

Alors débute une formidable saga médiatique, diplomatique et juridique, tandis que les exilés, pacifiques et intellectuels pour la plupart, s’organisent, fondent une université et font fructifier leur exil qui va durer une année. La presse se saisit de l’événement, l’ONU, l’Europe et les USA condamnent l’expulsion.

De quelle manière cette réunion forcée, cinq ans seulement après la fondation du Hamas, a-t-elle pu constituer un efficace « séminaire de formation » ? Existe-t-il un lien entre le coup-de-force israélien et les négociations d’Oslo qui étaient en cours ?
Une aventure humaine étonnante qui éclaire d’un jour particulier l’actualité du Proche-Orient et ses acteurs.

Familier de la bande de Gaza où il s’est rendu plus d’une trentaine de fois depuis 2001, Christophe Oberlin est professeur à l’Université Paris VII.

http://www.erickbonnier-editions.com EAN 978 236 760 0215 PRIX TTC 18 €



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)