Les Amis d’Al-Rowwad

Trois mois à Ramallah

Cette chronique, tenue par une parisienne en voyage en Palestine, parle un peu de tout : lieux particuliers à Ramallah, personnes rencontrées, qu’elles soient connues ou anonymes.

Schwês, schwês ! Un conte palestinien

Présentation d’un conte intrigant recueilli par un anthropologiste ayant sillonné les villages de Palestine pour recueillir et enregistrer les principaux contes du folklore

"La paix pour les enfants" à Aïda

Première visite à Al-Rowwad : je rencontre la coordinatrice d’un nouveau projet qui englobe cinq villages et camps de réfugiés, dont le camp d’Aïda
Depuis le début du mois de Juin, un nouveau projet se met en place à Al-Rowwad : ?Salaam ya Sghar ? (La paix pour les enfants) propose des activités de théâtre, de dabké (la danse traditionnelle palestinienne), de peinture aux enfants de 5 à 10 ans de la région. Une bibliothèque a été ouverte dans les cinq villages ou camps de réfugiés qui accueillent ce (...)

Quelques photos du mur

Quelques photos du mur, à côté du camp

Du rap palestinien ?

Dam, le premier groupe de rap palestinien, s’invite en concert à Ramallah. L’occasion de se pencher sur le phénomène

Débat avec le producteur de "Gaza/Sderot : chroniques d’avant-guerre"

A l’occasion de la projection à Ramallah du film "Gaza/Sderot : chroniques d’avant-guerre", débat avec l’un des producteurs, Alex Szalat.
L’histoire de "Gaza/Sderot" est celle d’une format nouveau et encore (à peu près) unique : celui du documentaire interactif sur Internet. Il y a plus d’un an, trois directeurs de la programmation d’ARTE ont commencé à s’intéresser au cas original de deux villes, Gaza et Sderot, qui se touchent presque mais qu’un monde sépare : du fait de l’interdiction pour les uns de (...)

Le grand test de l’été : Vous êtes Palestinien... Jusqu’ou Pouvez-vous Aller ?

Quelle est exactement la possibilité de se mouvoir des Palestiniens ? La réponse étant d’une complexité raffinée, vous devrez passer par ce test pour le savoir.

Les gens de Ramallah (portraits de mes amis)

Ramallah n’est pas comme les autres villes palestiniennes : moins chargée d’histoire et de traditions, elle est plus propice à laisser s’épanouir l’individu, sa personnalité, ses excentricités. Les étudiants qui viennent à l’université de Bir Zeit s’installent à Ramallah et se libèrent de la famille qu’ils ont laissé à Tulkarem, Jénine, Naplouse. Les plus engagés dans la résistance créent des associations et sont en contact perpétuel avec les internationaux. Les enfants des classes les plus aisées qui vivent dans les riches villages entourant la ville jouissent d’une plus grande liberté de moeurs.

Portrait de mes amis (2)

L’année prochaine, Ibrahim sera dans le Guiness : il a été touché 84 fois par des balles, projectiles, bombes de gaz, éclats de métal lancés par les Israéliens. Comme Bucéphale, le cheval d’Alexandre le Grand qui portait sur le front une étoile blanche, Ibrahim, lui porte un petit trou ; résidu d’un éclat de bombe à gaz auquel il a miraculeusement survécu. Quand ils ne sont pas incrustés dans sa chair, il ramasse tous ces projectiles et les rassemblent dans une petite chambre, où il les transforme en oeuvres (...)

Portrait de mes amis (3) : la diva

Troisième personne, troisième famille : Jumân est la deuxième d’une famille de quatre filles, toutes également intelligentes, belles, et apportant leur pierre à la vie artistique de Ramallah. Rezane ’Azze, 21 ans, étudiante en droit à Bir Zeit, organise un programme d’échanges d’étudiants avec la France. Auteur d’un court-métrage primé en Oman, active dans le milieu du théâtre, elle joue également dans un feuilleton qui sera diffusé au moment du Ramadan. Elle vient de finir sa licence, et a reçu une bourse (...)

Les femmes et l’occupation : interview d’Amal Kreishe

Etre femme, musulmane et palestinienne, c’est devoir lutter deux fois plus : la lutte pour la liberté personnelle s’ajoute à la lutte pour l’indépendance nationale . Pour avoir un aperçu de l’engagement politique des femmes en Palestine, nous avons interrogé Amal Kreishe, la présidente de l’association féministe "Women Work in Society".

FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)