Les Amis d’Al-Rowwad

"La paix pour les enfants" à Aïda

Depuis le début du mois de Juin, un nouveau projet se met en place à Al-Rowwad : ?Salaam ya Sghar ? (La paix pour les enfants) propose des activités de théâtre, de dabké (la danse traditionnelle palestinienne), de peinture aux enfants de 5 à 10 ans de la région. Une bibliothèque a été ouverte dans les cinq villages ou camps de réfugiés qui accueillent ce projet, et dont le camp d ?Aïda fait partie ; Bibliothèque qui, au siège d ?Al-Rowwad, accueille plus de 70 enfants tous les jours ; au total, ce projet concerne 700 enfants, qui devraient être tous réunis une fois par mois, dans l ?un des cinq lieux concernés, à l ?occasion du festival ?Beautiful Resistance ? _ en arabe, ?Mouqâwamat Jamîlat ?. Un festival plus petit a lieu chaque semaine, qui rassemble tous les enfants de la région ; celui d ?Aïda concerne aussi les enfants de Beit Jala, le village voisin.

 ?Salaam ya Sghar ? se donne le même objectif que les autres activités organisées par Al-Rowwad : fournir une aide psychologique aux enfants des villages et des camps de réfugiés, en les aidant à s ?exprimer par des activités culturelles et artistiques. Ce programme est financé entièrement par Sheikha Jawaher Bint Mohammed Al-Qassimiyant, princesse de la région de Sharjah aux Emirats Arabes Unis : ayant réussi à collecter trois millions de dollars de dons, elle en a donné la moitié à Al-Rowwad. Le projet était prévu à l ?origine pour durer six mois ; mais il pourrait s ?étendre à un an, si l ?association trouve de nouveaux financements.

Amira Abu-Srour

A Aïda, c ?est Amira Abu-Srour qui s ?occupe de coordonner ?Beautiful Resistance ?. Agée de 22 ans, elle est née à Bethléem, dans une famille de réfugiés originaires de Beit Natif. Elle travaille depuis trois mois à Al-Rowwad.

Plus d’informations :
http://www.badil.org/al-majdal/2006/Spring/article02.htm

Cet article, publié par Abdelfattah Abu Srour, développe l’idée de "Beautiful Resistance"



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)