Les Amis d’Al-Rowwad

"La paix pour les enfants" à Aïda

Depuis le début du mois de Juin, un nouveau projet se met en place à Al-Rowwad : ?Salaam ya Sghar ? (La paix pour les enfants) propose des activités de théâtre, de dabké (la danse traditionnelle palestinienne), de peinture aux enfants de 5 à 10 ans de la région. Une bibliothèque a été ouverte dans les cinq villages ou camps de réfugiés qui accueillent ce projet, et dont le camp d ?Aïda fait partie ; Bibliothèque qui, au siège d ?Al-Rowwad, accueille plus de 70 enfants tous les jours ; au total, ce projet concerne 700 enfants, qui devraient être tous réunis une fois par mois, dans l ?un des cinq lieux concernés, à l ?occasion du festival ?Beautiful Resistance ? _ en arabe, ?Mouqâwamat Jamîlat ?. Un festival plus petit a lieu chaque semaine, qui rassemble tous les enfants de la région ; celui d ?Aïda concerne aussi les enfants de Beit Jala, le village voisin.

 ?Salaam ya Sghar ? se donne le même objectif que les autres activités organisées par Al-Rowwad : fournir une aide psychologique aux enfants des villages et des camps de réfugiés, en les aidant à s ?exprimer par des activités culturelles et artistiques. Ce programme est financé entièrement par Sheikha Jawaher Bint Mohammed Al-Qassimiyant, princesse de la région de Sharjah aux Emirats Arabes Unis : ayant réussi à collecter trois millions de dollars de dons, elle en a donné la moitié à Al-Rowwad. Le projet était prévu à l ?origine pour durer six mois ; mais il pourrait s ?étendre à un an, si l ?association trouve de nouveaux financements.

JPEG - 2.6 Mo
Amira Abu-Srour

A Aïda, c ?est Amira Abu-Srour qui s ?occupe de coordonner ?Beautiful Resistance ?. Agée de 22 ans, elle est née à Bethléem, dans une famille de réfugiés originaires de Beit Natif. Elle travaille depuis trois mois à Al-Rowwad.

Plus d’informations :
http://www.badil.org/al-majdal/2006/Spring/article02.htm

Cet article, publié par Abdelfattah Abu Srour, développe l’idée de "Beautiful Resistance"



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)