Les Amis d’Al-Rowwad

Paroles d’enfants

Sofia Ramadan, 14 ans, Camp Aida.
Je commence par un collier : ce sentiment que capte mon crayon qui commence à tracer sur le papier. Un sentiment nouveau, jamais je ne l’avais ressenti auparavant. Etre loin de mon pays, et franchir la porte de l’inconnu, plein de surprises que j’ignore, heureuses ou malheureuses peut-être, étrangères ou familières… des choses que je n’aurais probablement jamais vécues. Lorsque mes pieds ont touché la terre de France, j’ai ressenti une communication avec son peuple, pas par les mots, mais par le cœur.

J’ai rencontré un peu de difficulté au début, pour m’adapter à la nourriture, parce qu’en Palestine nous avons notre propre cuisine et notre manière pour manger. Je me suis sentie étrangère lorsque je me suis assise avec eux, à table, avec un couteau et une fourchette. D’habitude, je mange avec la cuillère tout simplement. Je ne savais pas ce qu’il fallait faire. La nourriture elle-même m’était étrangère. Mais je me suis adaptée facilement. Difficultés aussi au début pour communiquer, mais petit à petit, j’ai réalisé que la vraie communication passe par le cœur. Et d’un coup d’œil, je pourrais savoir qui sont ces gens. Je ne m’attendais pas à ressentir autant le manque de ma famille et de mes amis. J’ai compris combien je les aime, une fois loin d’eux. Je sentais que ma famille me manquait, mes amis et tout mon pays. J’ai éprouvé des difficultés à refuser les présents des petits comme des plus âgés, car ces gens-là nous aident. Le public après le spectacle nous encourage à continuer par leurs applaudissements continus, en venant nous voir, pendant que nous présentons notre pays, notre culture et notre cause. Nous nous exprimons et ils nous écoutent… quel beau sentiment.

Bien sûr, nous avons eu quelques difficultés pendant la tournée, mais à chaque fois nous avons trouvé des solutions. Cette tournée a été très belle, et je suis fière de moi-même et de mon groupe car nous étions capables de communiquer notre cause, notre culture, faire comprendre notre belle résistance, d’un peuple à un autre peuple, qui était réceptif. Je suis fière aussi que nous ayons pu dépasser n’importe quel problème que nous avons pu avoir entre nous. Je suis fière d’avoir pu m’habituer à cette nouvelle situation, responsable, et fière d’avoir fait mon devoir envers mon pays, sans faire de mal à personne. J’espère continuer dans ce chemin pour que nous puissions voir le mur de séparation réduit à des cailloux sous nos pieds, et que nous puissions voir la mosquée Al-Aqsa libérée et les colombes voler sur son dôme, et pour que les branche des oliviers retrouvent leur verdure.

Woud Darkhawaja, 16 ans
Un beau voyage durant lequel j’ai vécu des moments merveilleux. J’aurais aimé que cela dure un peu plus, car tout était beau et plaisant. J’ai aimé en France, la beauté des paysages, les sourires des gens et leur attitude envers nous… j’ai aimé aussi leur respect de l’ordre et leur calme. Pour tout cela, ce fut un voyage merveilleux où j’ai fait la connaissance de beaucoup de gens de différentes régions de la France, avec des échanges culturels entre nous. Mais malgré cela je n’ai pas aimé pique niquer dans les parcs ou les jardins : je préférais les promenades en ville. J’espère que nous aurons le plaisir de revenir en France, et que je pourrais faire mes études en décoration d’intérieur en France.

 

Mohammad Abuaker
Enfants palestiniens, nous aimons raconter notre Palestine et son peuple en résistance continue contre l’occupation. De la Palestine jusqu’en France, quel voyage ! Que d’émotion !. J’ai été content de partir, rencontrer et faire la connaissance de beaucoup de gens, avec un peu de surprise dans le métro, avec la nourriture, et avec les techniques pour manier certains appareils. J’ai beaucoup apprécié la beauté des paysages et de rencontrer des gens, et les bons jours que nous avons passé ici. J’espère qu’un séjour comme celui que nous avons passé en France et Belgique pourra être aussi offert à d’autres enfants palestiniens.

 

Nancy Ja’ara
Partir ce n’est pas facile et pas donné à tous les jeunes palestiniens. Donc, quelle extraordinaire aventure de partir avec Alrowwad pour cette tournée en France. Nous pouvons nous exprimer, et comme Palestinienne, je suis heureuse de voyager et de pouvoir donner aux enfants de l’Europe une idée de ce que sont les enfants Palestiniens pour qu’ils nous comprennent mieux. Je n’ai pas beaucoup aimé le métro (pour moi c’est la chose la plus laide en France), et certains plats de cuisine françaises. Mais j’ai beaucoup aimé les paysages, des paysages qui s en Palestine se font rares à cause de l’occupation Israélienne, qui les a détruit et qui a construit le mur de séparation raciste et qui nous interdit beaucoup de choses telle que la prière à la mosquée Al-Aqsa, la maison d’Allah, d’où notre prophète est monté au ciel. Lorsque j’ai vu la beauté de ces paysages, il me semblait que je les voyais en Palestine, et j’espère les voir un jour en Palestine, lorsque notre pays sera libre. Nous sommes ici, témoins de la résistance pour notre pays, pour nous exprimer en beauté, pour rencontrer d’autres gens, d’autres cultures. Tous ces contacts avec eux se sont passés merveilleusement bien..

 

Fadi Ramadan
C’est ma première expérience, et j’ai beaucoup aimé l’accueil dans les familles. J’ai parfois eu un peu de mal, mais être dans une famille autre était une très bonne expérience pour moi, pour faire connaissance et construire des relations. Avec les spectacles qui marchaient à merveille, je me sentais bien, et me sentir applaudi par le public était extraordinaire. Bien sûr j’ai hâte de rentrer chez moi, dans mon pays et ma famille, mais j’espère pouvoir rester en contact avec les familles qui nous ont si bien accueilli.

 

Samah Alazza
Après des longues journées d’entraînement, nous voilà en France. Ce que j’ai particulièrement aimé en France, ce sont les jardins, les églises, les châteaux, et l’école de cirque à Libourne, et la Tour Eiffel. Mais je n’ai vraiment pas aimé le métro, et certains types de cuisine. Les spectacles se sont passés merveilleusement bien, et j’ai beaucoup aimé travailler sur la projection de sous-titres pendant le spectacle de théâtre, car je faisais uniquement les dabka. C’était très beau, et ce qui était plus beau encore, est que j’ai fait connaissance de beaucoup de gens. Je remercie vraiment aussi tous les accompagnateurs Palestiniens et Français spécialement Julien, Laure, Lilliane, Elias, Pierre, Karima, Slim, Charles, Jean-Claude et Sylvie pour toute leur aide.

 

Issa Nour
Quelle belle tournée. Elle était meilleure que la précédente. J’ai beaucoup aimé être dans les familles. Quelle chaleur d’accueil !

 

Fida Malash
Me voilà vivre encore une fois presque la même expérience dans deux pays Européens- La France et la Belgique, avec des gens solidaires avec notre peuple palestinien, et qui cherchent à comprendre notre cause. Je veux m’exprimer, dialoguer, m’interroger pour savoir si mon stylo arriverait à décrire ce que j’ai en moi, cette sensation merveilleuse de monter sur scène devant le public français et belge et ce sentiment d’avoir accompli quelque chose lorsque le spectacle est fini. J’ai bien tenu mon rôle. J’ai joué, mais cela reste encore quelque chose de modeste devant tout le travail qui a été fait pour nous faire venir et jouer ici. Dieu merci, tout s’est bien passé jusqu’à maintenant, et j’ai eu le sentiment dans toutes les familles qui nous ont accueillis d’être chez moi, et en lieu sûr.

J’ai remarqué comme cela était facile de circuler et d’aller d’un endroit à l’autre, et même d’un pays à l’autre. Quelle différence avec la Palestine, où ces choses simples de la vie comme la liberté de circuler, de travailler, d’aller à la mer sont des rêves impossibles. Je prie pour que la Palestine soit libre et indépendante et qu’elle soit un pays en sécurité. Nous voilà à la fin, prêt pour le départ. Reviendrons-nous une nouvelle fois revivre cette expérience ? Se mettre devant un public nombreux, avec la même troupe ? Que le lendemain nous réserve-t-il ?

 

Issa Ismael
Six mois de répétition du spectacle et nous voilà en tournée en France après une nuit passée en Jordaniue. C’est ma deuxième tournée, Dès la sortie de l’aéroport en France, la verdure nous a accompagné tout au long de la route. J’ai beaucoup aimé les beaux paysages, quelle verdure ! Mais monter dans le métro à Paris n’était pas ce que j’ai préféré. La chaleur de l’accueil m’a fait chaud au cœur, dans toutes les familles où nous sommes passés. J’espère que nous resterons en contact, et que nous pourrons nous rencontrer à nouveau, dans une prochaine tournée, ou en Palestine.

 

Tous
Tous les enfants remercient tous ceux qui ont participé à l’organisation de la tournée.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de rania talala , traiteur palestinienne , à Cyril lignac suite au "voyage culinaire " du sieur en Israël ...

    Cher Cyril Lignac,
    Je t’écris car depuis deux jours, on ne cesse de m’interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.
    Je m’appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.
    Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo.
    Soit. J’apprécie ton travail et ton (...)

  • "Jérusalem vit" : la première exposition du musée palestinien

    La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres reliant à la ville sacrée de Jérusalem lors d’une séance réservée à la presse. L’exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit. Dans l’une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récrée grâce à des photographies panoramiques qui s’étalent sur les quatre murs, plaçant également le (...)

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)