Les Amis d’Al-Rowwad

Victimes : épisode 2

1914 - 1919

- Pour défaire l’Empire Ottoman, allié des Allemands, les Anglais misent sur une révolte arabe, en leur promettant une certaine indépendance. Dans le même temps, ils veulent contenir les ambitions expansionistes de la France, et surtout créer une zone tampon autour du canal de Suez : accord Sykes-Picot en 1916 :
- Liban, Côte syrienne pour la France
- Transjordanie, Irak pour l’Angleterre
- Syrie pour une nation arabe
- La Palestine, un peu oubliée, devrait être sous contrôle franco-anglais.

- La France et l’Angleterre, embourbées sur le front de l’Ouest, et craignant de se faire lâcher par les USA et la Russie, misent sur les juifs de ces pays pour faire pression sur leur gouvernement : ils soutiennent donc le sionisme : la France, puis l’Angleterre (déclaration Balfour 1917), se déclarent favorables à un foyer national juif en Palestine.

- 1918 : les Alliés prennent le contrôle de tout le Moyen Orient, garde la Palestine et installe en Syrie le roi Fayçal, qui déclare l’indépendance (il tentera de négocier avec les Sionistes pour une coopération).

La guerre en Palestine : l’armée turque saigne la Palestine, réprime sévèrement les nationalistes des deux cotés (considérés comme une 5ème colonne possible), et enrôle des milliers de Palestiniens. Les juifs doivent choisir entre la nationalité turque ou l’exil. En1918 ,la famine est proche et l’économie exsangue. Les colonies sionistes sont fortement aidées financièrement par la diaspora américaine.

1920 - 1929

- 1920 : la Palestine est administrée par l’OETA, administration anglaise, relativement antisioniste. Elle tente de limiter l’immigration juive.

- Les incidents se multiplient jusqu’à l’émeute arabe de Jérusalem en avril 1920, où la Haganah, nouvelle milice armée juive, tente de protéger les juifs, sous le regard placide des anglais. L’OETA réprime la Haganah et tempère fortement la déclaration Balfour en mettant en place une politique se voulant plus égalitaire (livre blanc de 1922 de Churchill).
La fin du rêve da la Grande Syrie transforme l’opposition arabe en nationalisme palestinien et non plus Pan-arabe.

- 1921 : création de l’Agence Juive, qui remplace le bureau palestinien, l’immigration juive se poursuit.


    Des sociétés étanches Durant cette période, l’implantation des colonies et l’achat de terre se poursuivent. Les deux sociétés se développent en parallèle, sans lien entre elles, socialement, économiquement et même administrativement (avec au dessus l’OETA anglaise). Avec l’apport de main d’oeuvre qualifiée et de capitaux (entre 1917 et 1929, plus de 40 millions £ envoyés par la diaspora américaine), les inégalités entre les deux sociétés se creusent.

    Sur place, des tentatives sionistes de négociations / coopération, accompagnées d’une vaste entreprise de corruption / pots de vin auprès des arabes (journalistes, hommes politiques, achats de vote), ne débouchent sur rien : les autorités sionistes n’appuient pas cette politique et l’élite arabe refuse la négociation (des deux cotés : surtout ne pas apparaître faible).

    En 1931, 175 000 juifs pour 880 000 arabes.


- 1925 : création par Jobotinsky du Parti Révisionniste ancêtre du Likoud, (révision de l’accord pour inclure la Jordanie dans le futur état juif) (puis création du Betar (mouvement de jeunes tendance ’militariste’ voire fasciste).
Création de Brit Shalom (alliance pour la paix) prônant un partage équitable de la Palestine entre les deux communautés.
Dans l’ensemble, durant ces années, ces partis sont minoritaires.

- 1929 : les problèmes autour des lieux saints se cristallisent sur l’accès au Mur des lamentations. En août, défilé armé du Betar, prêches dans les mosquées, qui débouchent sur les émeutes arabes de 1929 (organisées ?) à Jérusalem puis dans tout le pays. 130 juifs, 115 arabes y laissent la vie.

- les rapports d’enquête anglais pointent comme cause des émeutes l’hostilité de la population arabe à l’implantation des colonies. L’OETA tentera de freiner voir d’interdire l’immigration juive. Par contre, les autorités sionistes ne veulent voir dans ces émeutes que la manifestation d’une opposition d’activistes minoritaires, et étouffent tout autre vision pour ne pas décourager le mouvement.

- la Haganah se renforce et s’arme de plus en plus. Création de l’Irgoun, prônant non plus l’autodéfense mais l’attaque (faire une muraille d’acier autour du foyer juif).



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La chanteuse palestinienne Rim Banna n’est plus

    Nous apprenons avec tristesse ce samedi le décès de la chanteuse palestinienne Rim Banna, des suites d’un cancer diagnostiqué il y a neuf ans.
    Agée de 51 ans seulement, l’artiste, citoyenne palestinienne israélienne, s’est éteinte à Nazareth, la ville où elle était née, a précisé sa famille.
    Sa démarche artistique a toujours été guidée par une volonté d’exprimer l’identité du peuple palestinien à travers sa musique traditionnelle, qu’elle a contribué à préserver et à promouvoir à travers ses disques et tournées (...)

  • Fermetures de comptes : pour qui travaille PayPal ?

    Communiqué de l’AFPS
    Le 26 janvier, nous apprenions la fermeture de notre compte PayPal par un simple e-mail de PayPal Europe, sans contact préalable avec nous. Le jour-même, et alors qu’officiellement cela n’avait fait l’objet d’aucune déclaration de PayPal, des sites internet israéliens relayés par des officines françaises utilisaient cette information pour se déchaîner contre nous. Par qui avaient-ils donc été prévenus ?
    Nous avons envoyé dès le 29 janvier une lettre recommandée à PayPal Europe, pour (...)

  • Aidez le festival « PALESTINE EN VUE » 2018 !

    Merci de vous proposer pour renforcer nos équipes, diffuser l’information, participer aux projections etc, nous avons besoin de bénévoles ! Même si erap n’est composée que de bénévoles, n’a pas de frais de locaux, nous avons besoin de dons privés pour les frais de communication, frais de transport des invités, frais de traduction de films etc.. Merci de votre soutien financier et/ou de votre participation à nos activités :
    La réduction d’impôts est de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable (...)