Les Amis d’Al-Rowwad

Les Petits Gagne-Pains, un programme théâtral pour des jeunes défavorisés

Les jeunes Palestiniens du sud d’Hébron tentent de survivre en ramassant et triant les ordures. Les comédiens du Yes Theatre proposent de les aider à s’exprimer grâce au théâtre et à retrouver le chemin de l’école.

Le projet théâtral "Les Petits Gagne-Pain" s’inscrit dans le programme "Kids for Kids" du Yes Theatre de Hébron, Il est destiné aux jeunes Palestiniens du quartier de Masafer-Yatta, désigné comme « zone de tirs ».

L’absence d’établissements scolaires sécurisés, un long trajet de 24km vers l’école palestinienne ministérielle, la violence des colons sont autant d’obstacles à la scolarisation de ces enfants.

Avec « Les Petits Gagne-Pain » le Yes Theatre désire vivement améliorer la vie et le futur de cette communauté marginalisée.
​.
La pratique du théâtre accroit la confiance, la conscience et l’estime de soi en plus d’ajouter du poids aux histoires et expériences personnelles.Le programme a pour but d’aider ces enfants à reconnaitre l’importance de l’éducation, et à les encourager à retourner à l’école.

La pièce de théâtre ainsi produite sera utilisée comme plaidoyer afin de sensibiliser la communauté locale sur l’importance de l’éducation et les effets secondaire du travail des enfants.

Ce projet va pouvoir se réaliser grâce au succès de l’opération de financement participatif par le site KissKissBankBank qui a permis la collecte de 6 051 euros
>http://www.kisskissbankbank.com/little-bread-winners]}

Le programme sera effectué par les acteurs et les professeurs d’art dramatique du Yes Theater en coopération avec le Ministère de l’Education Palestinienne et l’UNRWA. Les adolescents, entre 12 et 18 ans, sont la cible principale de ce projet. L’autre public visé comprend les amis, les parents, la famille et les professeurs de ces jeunes adolescents.

Dans la région d’Hebron, environ 122 communautés vivent dans la zone C avec une population estimée à 67 850 habitants. Hebron possède également 46 communautés Bédouines soit 9417 personnes, la majorité d’entre elles ayant le statut de réfugié. Approximativement 18% de la Cisjordanie fut désigné comme zone militaire fermée pour des exercices d’entrainement militaires ou “zones de tirs”. A Hebron, cela signifie que 19 communautés (3 736 habitants) sont directement situées à l’intérieur de ces “zones de tirs” et 3 communautés (1095 habitants) le sont à proximité.

Les résidents de ces zones sont sous la menace constante de déplacements forcés et se voient systématiquement refuser l’accès à leurs terres agricoles. Le projet se concentre sur les communautés de Masafer-Yatta (le quartier de Yatta) localisées dans les collines du sud d’Hebron. L’armée israélienne y désigna environ 30 000 hectares comme “zones de tirs 918”. Cette zone habite approximativement 1 300 personnes de 19 communautés. Les résidents sont couramment appelés les “troglodytes” puisqu’une grande partie d’entre eux vivent aux abords et à l’intérieur des caves ; sinon les utilisent comme entrepôts ou animalerie. Les résidents ne sont pas autorisés à construire des maisons ou d’autre structures permanentes, et ne peuvent pas mettre en place des systèmes électrique ou de distribution d’eau.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)