Les Amis d’Al-Rowwad

Les Petits Gagne-Pains, un programme théâtral pour des jeunes défavorisés

Les jeunes Palestiniens du sud d’Hébron tentent de survivre en ramassant et triant les ordures. Les comédiens du Yes Theatre proposent de les aider à s’exprimer grâce au théâtre et à retrouver le chemin de l’école.

Le projet théâtral "Les Petits Gagne-Pain" s’inscrit dans le programme "Kids for Kids" du Yes Theatre de Hébron, Il est destiné aux jeunes Palestiniens du quartier de Masafer-Yatta, désigné comme « zone de tirs ».

L’absence d’établissements scolaires sécurisés, un long trajet de 24km vers l’école palestinienne ministérielle, la violence des colons sont autant d’obstacles à la scolarisation de ces enfants.

Avec « Les Petits Gagne-Pain » le Yes Theatre désire vivement améliorer la vie et le futur de cette communauté marginalisée.
​.
La pratique du théâtre accroit la confiance, la conscience et l’estime de soi en plus d’ajouter du poids aux histoires et expériences personnelles.Le programme a pour but d’aider ces enfants à reconnaitre l’importance de l’éducation, et à les encourager à retourner à l’école.

La pièce de théâtre ainsi produite sera utilisée comme plaidoyer afin de sensibiliser la communauté locale sur l’importance de l’éducation et les effets secondaire du travail des enfants.

Ce projet va pouvoir se réaliser grâce au succès de l’opération de financement participatif par le site KissKissBankBank qui a permis la collecte de 6 051 euros
>http://www.kisskissbankbank.com/little-bread-winners]}

Le programme sera effectué par les acteurs et les professeurs d’art dramatique du Yes Theater en coopération avec le Ministère de l’Education Palestinienne et l’UNRWA. Les adolescents, entre 12 et 18 ans, sont la cible principale de ce projet. L’autre public visé comprend les amis, les parents, la famille et les professeurs de ces jeunes adolescents.

Dans la région d’Hebron, environ 122 communautés vivent dans la zone C avec une population estimée à 67 850 habitants. Hebron possède également 46 communautés Bédouines soit 9417 personnes, la majorité d’entre elles ayant le statut de réfugié. Approximativement 18% de la Cisjordanie fut désigné comme zone militaire fermée pour des exercices d’entrainement militaires ou “zones de tirs”. A Hebron, cela signifie que 19 communautés (3 736 habitants) sont directement situées à l’intérieur de ces “zones de tirs” et 3 communautés (1095 habitants) le sont à proximité.

Les résidents de ces zones sont sous la menace constante de déplacements forcés et se voient systématiquement refuser l’accès à leurs terres agricoles. Le projet se concentre sur les communautés de Masafer-Yatta (le quartier de Yatta) localisées dans les collines du sud d’Hebron. L’armée israélienne y désigna environ 30 000 hectares comme “zones de tirs 918”. Cette zone habite approximativement 1 300 personnes de 19 communautés. Les résidents sont couramment appelés les “troglodytes” puisqu’une grande partie d’entre eux vivent aux abords et à l’intérieur des caves ; sinon les utilisent comme entrepôts ou animalerie. Les résidents ne sont pas autorisés à construire des maisons ou d’autre structures permanentes, et ne peuvent pas mettre en place des systèmes électrique ou de distribution d’eau.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Ce ne sont pas des images de morts et de blessés

    Ce sont les images de citoyennes de Gaza qui tentent malgré le blocus israélien et égyptien..les luttes des factions pâlestiniennes..d agir pour l avenir de la Palestine
    C’est en français..

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)