Les Amis d’Al-Rowwad

Deux films réalisés par Al Rowwad

En 2006, deux court-métrages ont été réalisés par les jeunes du centre culturel Al Rowwad. Contactez-nous si vous souhaitez obtenir le DVD.

L’ Examen

Durée : 15 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français ou en anglais
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Miriam vit dans le camp de réfugiés d’Aida, à Bethléem, et étudie à l’université d’Abu Dis. Aujourd’hui, elle doit passer un examen important. Elle est sur le point de quitter la maison lorsqu’elle entend tirer des coups de feu. Elle se précipite hors de la salle de bain et apprend qu’il y a un couvre-feu. Toutes les routes ont été fermées par l’armée israélienne. Son père veut qu’elle reste à la maison mais Miriam est bien déterminée à passer son examen et elle décide d’essayer de contourner les barrages routiers.
Réussira-t-elle malgré le couvre-feu imposé par l’armée ?

La Nakba

Durée : 5 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Abu Taha est un Palestinien originaire du village de Beit Natif près de Hébron.
Il nous décrit la vie dans son village avant 1948, et le ‘désastre’ (la Nakba) lorsque les forces sionistes le chassèrent de sa maison ainsi que sa fuite sur les routes avec sa famille jusqu’à ce qu’il s’installe finalement près de Bethléem, à un endroit qui deviendra le Camp de réfugiés d’Aida.
Ce court-métrage est tantôt poétique, tantôt un compte rendu très dur des événements qui ont bouleversé la vie de cet homme qui mourut en 2006….sans avoir revu son village.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)