Les Amis d’Al-Rowwad

Deux films réalisés par Al Rowwad

En 2006, deux court-métrages ont été réalisés par les jeunes du centre culturel Al Rowwad. Contactez-nous si vous souhaitez obtenir le DVD.

JPEG - 39.2 ko

L’ Examen

Durée : 15 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français ou en anglais
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Miriam vit dans le camp de réfugiés d’Aida, à Bethléem, et étudie à l’université d’Abu Dis. Aujourd’hui, elle doit passer un examen important. Elle est sur le point de quitter la maison lorsqu’elle entend tirer des coups de feu. Elle se précipite hors de la salle de bain et apprend qu’il y a un couvre-feu. Toutes les routes ont été fermées par l’armée israélienne. Son père veut qu’elle reste à la maison mais Miriam est bien déterminée à passer son examen et elle décide d’essayer de contourner les barrages routiers.
Réussira-t-elle malgré le couvre-feu imposé par l’armée ?

JPEG - 44.9 ko

La Nakba

Durée : 5 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Abu Taha est un Palestinien originaire du village de Beit Natif près de Hébron.
Il nous décrit la vie dans son village avant 1948, et le ‘désastre’ (la Nakba) lorsque les forces sionistes le chassèrent de sa maison ainsi que sa fuite sur les routes avec sa famille jusqu’à ce qu’il s’installe finalement près de Bethléem, à un endroit qui deviendra le Camp de réfugiés d’Aida.
Ce court-métrage est tantôt poétique, tantôt un compte rendu très dur des événements qui ont bouleversé la vie de cet homme qui mourut en 2006….sans avoir revu son village.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)