Les Amis d’Al-Rowwad

Souvenir de Jérusalem

Sirine Husseini Shahid

Par petites touches, Sirine Husseini Shahid nous brosse le portrait
d’une famille palestinienne, la sienne, installée à
Jérusalem depuis plusieurs siècles et contrainte de prendre
la route de l’exil pour se réfugier à Beyrouth.

Née en 1920, l’auteure passe son enfance et le début
de son adolescence dans cette ville cosmopolite où différentes
communautés et religions de côtoient sans hostilité.
Mais les souvenirs nostalgiques de ces jours heureux n’occultent
pas la montée des troubles et de la répression britannique.
La résistance palestinienne des années 1930 et 40 est
décrite de façon admirable, comme un mouvement d’hommes
cultivés et courageux, se battant pour empêcher l’occupation
étrangère de leur pays.

Cette succession d’images intimistes disposées sur une
trame chronologique qui sert de fil conducteur à la narration
permet de prendre toute la mesure du déchirement du peuple palestinien.
Mais Sirine Huseini Shahid ne se contente pas de raconter l’existence
de ces classes privilégiées et cultivées qui ont
subi l’exode. Elle dépeint également le sort des
Palestiniens restés à Jérusalem de ceux aussi qui,
issus de milieux modestes, ont été plus douloureusement
frappés que sa famille par la paupérisation et l’occupation
coloniale.
« Le livre de Sirine Husseini est un trésor historique
et humain... C’est un témoignage intime mais c’est
aussi aussi de la littérature : familière, humaine, sincère,
généreuse et éloquente ». (Edward Saïd)

Sirine Husseini Shahid vit toujours à Beyrouth. Elle a
eu 3 filles dont Leila Shahid, déléguée générale
de Palestine en France.

Editions Fayard

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)