Les Amis d’Al-Rowwad

Histoire d’un palestinien

Didier Destremau

Très jeune, Didier Destremau s’est passionné pour
le monde arabe. Déjà au lycée, il avait choisi
d’apprendre l’arabe en première langue.
Par sa vie professionnelle, notamment celle de diplomate, il a longtemps
été amené à parcourir et à vivre
au Maghreb et au Machrek. Il s’est particulièrement penché
sur le problème palestinien et a découvert l’immense
douleur de la tragédie de ce peuple.

La rencontre quotidienne avec Teisir, un palestinien d’une trentaine
d’années qui l’aidait à améliorer ses
connaissances linguistiques, lui a donné l’idée
d’écrire ce livre d’où émerge l’intensité
de la souffrance que provoque la situation pérenne de chaque
palestinien, où qu’il soit.

C’est donc cet homme, Teisir, qui lui a fourni la trame du personnage
central, Adel, le malheureux héros de ce récit dont la
vie est une véritable et consternante saga.
L’auteur a intégré dans la vie d’Adel,de multiples
autres témoignages dont il disposait.

A travers la vie et les sentiments de son personnage, l’auteur
a fait une synthèse des conditions d’existence du peuple
palestinien durant ces cinquante dernières années. C’est
cette immense saga qu’il ouvre ici à travers un roman qui
a valeur d’essai.

Editions MAISONEUVE & LAROSE

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)