Les Amis d’Al-Rowwad

Histoire d’un palestinien

Didier Destremau

Très jeune, Didier Destremau s’est passionné pour
le monde arabe. Déjà au lycée, il avait choisi
d’apprendre l’arabe en première langue.
Par sa vie professionnelle, notamment celle de diplomate, il a longtemps
été amené à parcourir et à vivre
au Maghreb et au Machrek. Il s’est particulièrement penché
sur le problème palestinien et a découvert l’immense
douleur de la tragédie de ce peuple.

La rencontre quotidienne avec Teisir, un palestinien d’une trentaine
d’années qui l’aidait à améliorer ses
connaissances linguistiques, lui a donné l’idée
d’écrire ce livre d’où émerge l’intensité
de la souffrance que provoque la situation pérenne de chaque
palestinien, où qu’il soit.

C’est donc cet homme, Teisir, qui lui a fourni la trame du personnage
central, Adel, le malheureux héros de ce récit dont la
vie est une véritable et consternante saga.
L’auteur a intégré dans la vie d’Adel,de multiples
autres témoignages dont il disposait.

A travers la vie et les sentiments de son personnage, l’auteur
a fait une synthèse des conditions d’existence du peuple
palestinien durant ces cinquante dernières années. C’est
cette immense saga qu’il ouvre ici à travers un roman qui
a valeur d’essai.

Editions MAISONEUVE & LAROSE

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)