Les Amis d’Al-Rowwad

Exil dans l’exil de Hiyam Bseiso

Exil dans l’exil, c’est le titre du dernier ouvrage de Hiyam Bseiso écri­vaine pales­ti­nienne, ori­gi­naire de Gaza.
Un livre d’une brûlante actualité, à lire de toute urgence.

Contact Presse
Hiyam Bseiso
Tél : 06 79 95 48 46
alrimel@gmail.com

« Exil dans l’exil » de Hiyam Bseiso

Être obligé de partir, être interdit de retour, ne plus connaître de repos ni de lieu où se poser, c’est bien là le véritable exil que nous raconte Hiyam Bseiso.
« C’est être comme l’oiseau pourchassé, qui vole d’un arbre à l’autre, d’un
endroit à un autre », exprime t-elle à travers une parole à la fois imagée et émouvante qui traverse Exil dans l’exil, son dernier ouvrage.
Le récit s’engage sur son expulsion en 2000 du logement parisien où elle avait vécu quinze ans, à partir de laquelle se déroule le fil d’une histoire douloureuse qui est celle du peuple palestinien privé de sa terre depuis la Nabka, « la catastrophe » de 1948.
« Pour résister à cette dureté, mon esprit réussissait à s’évader, loin de la réalité de ce double exil. Alors je rêvais de mon enfance heureuse, emplie d’images colorées qui venaient de la terre, des arbres, des fleurs et de la mer. » Les années ont passé, et Gaza, la ville de son enfance, s’éloigne de plus en plus...
« Comment peut-on oublier la beauté gravée dans les souvenirs d’enfance, les arbres,les lauriers, qui cachaient le mur et grimpaient au ciel,comme s’ils avaient ouvert les mains pour invoquer les dieux afin de protéger la maison et ses habitants. Il semble que Dieu n’ait pas répondu à leurs prières, car les guerres ont dispersé la majorité des habitants de cette maison, dont les lauriers ancestraux avaient des corps si élancés et des feuilles frémissantes pareilles aux plumes d’un paon. »

Hiyam raconte des histoires d’exil, la vie de ces Palestiniennes qui ont subi l’expulsion de 1948, qui sont nées dans les camps, ont connu la terreur des massacres de Sabra et Chatila en 1982 à Beyrouth. Rencontres qui couronnaient de longues années d’action auprès des réfugiés du Sud-Liban, rescapés du massacre du camp de Tel el Zaatar en 1976.

Hiyam se rendait à nouveau au Liban en 1986, pour un travail de terrain lié à sa thèse sur les camps soutenue à Paris 7, et y retournait en 2006. Elle revoit les amis et les familles qui ne l’avaient pas oubliée, et c’est de là que naquit l’idée de cet ouvrage. Un livre d’une brûlante actualité, à lire de toute urgence.

Hiyam Bseiso
Est écri­vaine pales­ti­nienne, ori­gi­naire de Gaza.
Elle est l’auteur notamment de Un sourire en exil - chro­niques pales­ti­niennnes, elle a par­ticipé à l’anthologie 100 Femmes Poètes pour la Paix en Palestine, Etin­celle de nuit pales­ti­nienne recueil de poésie avec une présentation de Salah Stetié.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)