Les Amis d’Al-Rowwad

Nous sommes les enfants du camp

Les Amis d’Al Rowwad

Ce DVD contient la pièce de théâtre "Nous sommes les enfants du camp" qui a été présentée lors de la tournée 2006 en France et en Belgique, dans plus de 25 villes.

Le film est la captation du spectacle lors de la représentation du 25 juin 2006 au théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie.

Ecrite et mise en scène par Abdelfattah Abou Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, la pièce retrace l’histoire du peuple palestinien depuis le début de la « Nakba », en 1948, jusqu’aujourd’hui.

« Nakba », en arabe, signifie « la catastrophe », « le désastre » ou encore « le malheur » et désigne la fuite en exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et expulsions qui ont accompagné la naissance de l’Etat d’Israël. Le récit avance au rythme des grandes étapes du conflit israélo-palestinien : les guerres d’Israël, les deux Intifadas et les tentatives d’accords internationaux qui ont égrené cette histoire, soulevant d’innombrables espoirs toujours déçus. C’est par le prisme de la vie quotidienne sans cesse bouleversée de ces réfugiés, que le spectateur se familiarise, au gré de danses traditionnelles et de chants, avec l’histoire douloureuse de cette région. Tour à tour, les enfants incarnent les rôles de leurs grands-parents, puis de leurs parents et enfin mettent en scène leur vie au quotidien dans le camp d’Aïda. Une vie qui continue, vaille que vaille, dans la résistance. Nous sommes loin des livres d’histoire, des articles d’experts ou du décompte quotidien des victimes et des échecs politiques auxquels beaucoup n’offrent plus qu’une oreille distraite. Pour Abdelfattah Abou Srour, ce projet répond à deux nécessités fondamentales : promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chacun, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat et de leurs talents créatifs hors de la Palestine.

« Nous sommes les enfants du camp » a été présentée pour la première fois en Suède et au Danemark lors d’une tournée de trois semaines en 2000, puis en Palestine, en France en 2003 et en 2006, aux Etats-Unis et en Egypte en 2005, rencontrant partout un succès indéniable.

{{Producteur :}} Les Amis d'Al Rowwad
{{Durée : }} ?? mn
{{Langue(s) :}} Arabe
{{Sous titrage :}} Français


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)