Les Amis d’Al-Rowwad

Le sud : Nîmes et Marseille

Samedi 12 juillet
Départ de Givors, nous nous lançons dans un trajet qui ne devrait pas durer plus de 2h30 mais qui nous prend 6h, week-end du 14 juillet oblige. L’autoroute avance au pas, les nationales aussi. Nous arrivons donc à Nîmes en milieu d’après-midi, le déjeuner nous attend depuis quelques heures, et tout le monde s’attable. Nous sommes accueillis sous le chapiteau d’un cirque installé sur un terrain vague de la ZUP de Valdegour. L’équipe d’accueil, très dynamique, mêle jeunes et moins jeunes. Le programme des 4 jours où nous resterons à Nîmes est riche : tour de la ville en petit train le soir-même ; journée à Anduze dimanche, avec : pic nique au bord du Gardon, escalade des contre-forts des Cévennes dans le « Petit train à vapeur des Cévennes » (aller-retour à St-Jean du Gard), et réception à la Mairie d’Anduze. C’est avec les familles que certains iront voir le feu d’artifice du 13 juillet, tandis que d’autres, trop fatigués ou peu intéressés, rentreront dormir.

Lundi 14 juillet, direction les Saintes-Marie de la Mer où nous embarquons pour un tour en bateau : nous longeons le littoral et remontons ensuite le petit Rhône, chevaux camarguais, taureaux et oiseaux de toutes sortes. Nous pic niquons ensuite sur la plage, les plats arrivent au fur et à mesure, de plus en plus sophistiqués, pour finir en beauté avec un tajine aux pruneaux, un keftah et un plat de poulet au curry, préparés jusqu’à 5h du matin par une jeune femme marocaine. Un délice ! La baignade aurait été bienvenue, mais l’eau à 16° en a découragé plus d’un, et ce ne sont que les plus petites de la troupe qui s’y tremperont.

Mardi 15 juillet
La journée se passe tranquillement car nous jouons le soir. Après avoir fait les réglages techniques et installé la salle, nous (les accompagnateurs) tenons notre promesse et embarquons tout le monde pour une équipée chez Carrefour : voilà des jours qu’ils nous tannent pour aller y faire leurs courses de cadeaux à leur famille respective. Pourquoi Carrefour ? Ca doit dater de 2006, nous avions dû en emmener à la première grande surface venue, qui s’est avérée être un Carrefour, et les anciens en auront parlé aux nouveaux ! Le spectacle fait salle comble le soir, avec un public très varié, mêlant jeunes de la ZUP militants nîmois et autres venus de villes des environs. Les jeunes sont en forme ce soir, et pour compenser les hics de la bande son durant la pièce, ils enchaînent les danses. La soirée se conclue par une grande tablée rassemblant la troupe et le groupe de jeunes qui nous ont accompagné au cours des 4 jours.

Mercredi 16 juillet
Départ le matin pour Marseille. Munther n’ayant pas réussi à se réveiller, nous nous lassons d’attendre et partons finalement sans lui : Mohamed et Samir, deux des jeunes de Nîmes qui l’hébergent, nous rejoindront à Marseille un peu plus tard dans la journée, et y resteront jusqu’au soir. Nous arrivons au RV à la Porte d’Aix, et Marie-Ange, de Leda Atomica, la structure qui nous accueille, nous rejoint bientôt avec un hôte bien attendu : Abdelfattah Abu Srour, le directeur d’Al Rowwad et metteur en scène, qui vient d’arriver de Palestine pour finir la tournée avec la troupe. Il avait dû retourner en Palestine fin juin pour cause de papiers à régler avec l’administration israélienne, et de naissance : sa deuxième fille (et 5e enfant) est née le 27 juin !

Nous nous dirigeons vers une plage de l’Estaque pour pic niquer et se délasser de la route. Le Mistral a sensiblement refroidi la mer, personne ne se baignera. Certains font la sieste à l’ombre de quelques arbres, d’autres contemplent la mer sur la digue. J’y retrouve Fida :
- Ca va, ma belle ?
- Oui, je parle avec la mer…
La nostalgie du pays commence à se faire sentir chez certains dans le groupe, étape normale de milieu de tournée. Nous nous rendons en milieu d’après-midi à la Maison des Familles du quartier de la Busserine, la banlieue nord de Marseille. Nous y avions joué en 2006 déjà. Le lieu vaut le détour : entre 2 voies rapides et un centre commercial, la Maison a été construite il y a 30 ans et offre une scène en plein air très belle, avec un excellent équipement qui donne une touche de féerie au lieu une fois la nuit tombée. Les familles n’auront pas beaucoup de temps pour faire plus ample connaissance avec les jeunes qu’elles hébergent, car le spectacle se termine vers 23h, et le départ vers Libourne est fixé à 9h30 le lendemain.

Jeudi 17 juillet
Journée de retour, une grosse étape à laquelle nous préparons les jeunes depuis quelques jours. Nous prendrons le déjeuner à Sète, accueillis chez la mère de Julien. Le voyage commence… par des kilomètres de bouchon, dès la sortie de Marseille. Et nous mettons plus de 4h pour rejoindre Sète. Nous ne sommes même pas à la moitié de la route, et nous voilà, nous chauffeurs, déjà crevés. Le buffet libanais préparé par la mère de Julien et un groupe d’amis à elle est somptueux, et après une petite sieste, nous sommes prêt à repartir. Et finalement, la route jusqu’à Libourne se fait sans encombres. Nous arrivons vers 21h30, accueillis dans une salle municipale par toutes les familles d’accueil et les organisateurs, pour un magnifique couscous.

Vendredi 18 juillet
Matinée et déjeuner à l’Ecole de Cirque de Libourne, qui jouxte le théâtre où nous jouons ce soir. Les jeunes du l’Ecole nous offrent une belle démonstration, et la troupe fait quelques dabka. Charles et Slim arrivent en fin de matinée pour remplacer au volant des mini-bus Laure et Liliane qui partent aujourd’hui.

Laure Fourest

 

 Un "petit morceau de Palestine " à Nîmes durant 4 jours ...c’est ainsi que j’ai envie de commencer mon récit du séjour des 18 enfants et 4 responsables d’AL ROWWAD à Nîmes ..
Que de moments forts vécus ensemble .. et d’abord leur attente sous le chapiteau du cirque installé à Valdegour , préparatifs pour que tout soit parfait et eux , malgré leur fatigue , très gais à l’arrivée.. Petite visite de Nîmes , avec Laetitia, Sabah , et leur équipe , avec le petit train .. suivie d’un gros et super gouter dans le magnifique salon de thé d’un copain de Mohamed (rue Nationale)...Retour à Valdegour et sous le chapiteau , attirés par la musique les enfants Palestiniens se mettent à jouer et à chanter , ils nous donnent déjà un spectacle , difficile à interrompre... 

Dimanche , sortie à Anduze , au bord de la rivière .. découverte du "petit train des Cévennes" .. très vieux , à la vapeur ...surprise de certains .. Accueil par le Maire et les amis de l’AFPS d’Anduze..le soir , feux d’artifice à Nîmes après un pique nique pizzas.
Petite anecdote ...Je propose à Samah de téléphoner à ses parents à Béthléem... sa maman entendant les feux d’artifice , s’inquiète ... des bombes ?? Non , la fête !

Le lundi , journée à la mer , avec promenade en bateau en Camargue .. Bain pour certains , pains- bagnats , préparés par Claude et Karima. Soirée dans les familles, très occupées à parler de longues heures de la situation catastrophique en Palestine avec Reem nous essayons de comprendre , mais tout est injuste : " Pourquoi pouvons nous aller librement d’un lieu à un autre à Nîmes et pas chez nous en Palestine ? "

Mardi , jour du spectacle. La salle du Centre Social de Valdegour est pleine, nos amis nous offrent un spectacle de grande qualité : théatre , danses , chants , musique...et le film de Mourad sur les checks points. Plein succès à lui et à toutes et tous.

Leur départ est un peu triste, nous savons que dans quelques jours ils seront de nouveau "enfermés" , mais pleins de l’espoir de revenir montrer aux Français ou autres peuples QUI sont les ENFANTS de PALESTINE , ils ont envie de vivre , de rire (ils sont très gais), de danser , de faire des études .. et pourtant , des soldats , des colons occupent leur pays, leur tirent dessus , les tuent - ils nous l’ont répété dans leurs chants et leurs discussions . A bientôt , AMIS dans une Palestine enfin libre ..
Janie



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)