Les Amis d’Al-Rowwad

La Bière Palestinienne TAYBEH est arrivée à Paris.

Pourquoi boire de la TAYBEH ?

Devant les difficultés rencontrées par le brasseur palestinien, l’association Médecin du Tiers Monde (M3M) s’est engagée à mettre sur pied la distribution de la Bière TAYBEH afin de contrer les manœuvres mises en place par Israël pour tuer dans l’œuf toute initiative économique palestinienne.

En partenariat avec M3M, Abna Philistine a décidé d’en assurer la distribution sur Paris sur précommande auprès de notre association ; pour plus de renseignements nous contacter à info@enfantsdepalestine.org.

La TAYBEH est brassée selon la recette originale sous licence par une brasserie située à Ichtegen (Belgique).

Boire une TAYBEH, un geste de solidarité !

Les bénéfices de la vente sont reversés au Health Work Committees (HWC) en Palestine occupée. C’est l’une des organisations de santé les plus importantes des territoires palestiniens occupés. Il milite pour des soins de santé de qualité accessible à tous.

HWC a un programme de santé au sein d’écoles palestiniennes et a mis sur pied un réseau de jeunes qui s’organisent et se mobilisent pour le droit à la santé via des activités éducatives et culturelles.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)