Les Amis d’Al-Rowwad

Fiche technique du projet Vidéo / Photos

Contexte et genèse

Dans le contexte difficile que représente la vie quotidienne au camp d’Aïda, le rôle du centre culturel et de formation théâtrale AlRowwad est essentiel. Le Centre redonne de l’espoir à ces jeunes palestiniens, génère des activités qui sont bénéfiques à toute la communauté et apporte un changement dynamique dans le camp. Au niveau de la photo et de la vidéo, le Centre AlRowwad a une certaine expérience qui sera essentielle dans la conception et réalisation du projet. Un court documentaire sur les activités du centre a été produit. En Mai et Juin 2006, deux volontaires internationaux ont aussi mené avec des jeunes âgés de 13 à 17 ans, des ateliers photo qui ont abouti à une exposition ainsi qu’à la production de cartes postales. L’exposition « Nous sommes les Photographes, nous sommes Palestiniens et nous sommes le Futur » a été présentée avec fierté par les jeunes Palestiniens à leurs familles, amis ; et aux membres de la communauté du camp avant d’être montrée en Belgique et en France. Cette expérience a été très positive et encourageante. Les jeunes photographes ont fait preuve de détermination, créativité et talent et ont tous émis le souhait de continuer la photographie. En peu de temps (un mois et demi), les résultats obtenus ont prouvé que de tels projets sont très porteurs.

Nombre de bénéficiaires


- 40 enfants (filles et garçons) de 12 à 18 ans
- 20 adultes (femmes et hommes)

Objectifs qualitatifs

1. Entraîner les jeunes et enfants à un moyen d’expression non-violente dans le camp Aida et Beit Jibrin. Développer leur attitudes artistiques, leurs capacités à s’ouvrir et à communiquer et leur apprendre de nouvelles techniques.

2. Responsabiliser les enfants et jeunes en leur faisant développer et mettre en place des activités originales et créatives.

3. Création d’un club photo et d’un club vidéo, comme structures permanentes au sein de AlRowwad.

4. Proposer une formation créatrice d’emploi pour les adultes au chômage dans le camp via la vidéo et la photographie.

5. Proposer à la vente des produits culturels (livres, cartes postales, films, DVD) de qualité professionnelle qui permettront d’une part de sensibiliser le public à la situation dans les camps de réfugiés, mais aussi à faire ressortir le côté humain et beau.

Objectifs quantitatifs

1. Création d’emplois pour un certain nombre de gens au chômage dans le camp via la vente des photos et des films vidéo produits.

2. De part la formation, aider les participants adultes à trouver des activités rémunérées.

3. Identifier au moins 4 adultes participants (2 en photos, 2 en vidéo) susceptibles d’être eux-mêmes formateurs, éducateurs ou assistants techniques sur le projet.

4. Entraîner un certain nombre d’enfants à de nouvelles méthodes non-violentes pour l’auto expression et la résistance à la violence de l’occupation par l’art.

5. Production et vente d’un certain nombre de produits culturels (livres, cartes postales, films, DVD) ;
6. Récoltes suffisantes de recettes par la vente pour assurer l’autofinancement d’un certain nombre d’activités du centre.

Impact attendus

1. A la fin du projet, 20 personnes adultes seront entraînées à utiliser la vidéo et la photographie comme moyen d’expression et d’autofinancement via la vente des photos (cartes postales) et des films vidéo qu’ils auront produits. Ces adultes, avec les jeunes, seront encouragés à développer des initiatives avec les enfants et jeunes, ainsi que de monter leurs propres activités.

2. Les enfants entraînés auront eu la possibilité d’exercer un moyen d’expression, original, beau et non-violent, face à la violence qu’ils vivent au quotidien. Les jeunes seront encouragés à s’impliquer dans les initiatives et production de produits culturels du début à la fin du processus. A la fin du projet et de la formation, ils devront être capables de gérer la production de photos et de vidéos et ce de manière autonome. ( prise de vue, édition, montage, mise en ligne, diffusion).

Durée du projet : 24 mois

Objectifs long terme

Ce projet vise à avoir des effets à long terme sur les individus qui auront bénéficié de la formation, et participé aux activités comme sur la communauté dans son ensemble. Les adultes seront à même, à leur tour d’organiser des ateliers et d’encadrer des jeunes et enfants dans leurs activités artistiques. Les jeunes et enfants pourront aussi continuer à participer et gérer les clubs photos et vidéos. Le fait de voir leur travail aboutir à des produits concrets (cartes postales, calendriers, expo photos, films, etc.) les encouragera à continuer dans cette voie. Ils auront découvert de nouveaux moyens de s’exprimer, d’une façon non-violente, de se développer et d’agir sur leur environnement. Ce projet aura des effets porteurs, une fois qu’un certain nombre de personnes auront été formées et que le matériel sera acquis, les activités photographiques et liées à la vidéo pourront continuer. Des nouvelles expositions photos, et d’autres initiatives pourront être lancées. Au niveau de la vidéo, la documentation de ce qui se passe dans le camp sera un projet en continu, mais on peut envisager aussi d’autres activités, comme par exemple la création de courts métrages. La mise en ligne régulière de nouvelles photos et vidéos est aussi un gage de renouvellement. Les participants seront donc amenés sans cesse à développer leurs aptitudes aussi bien techniques que créatives. Ils pourraient bénéficier aussi de nouvelles formations dispensées par des professionnels (volontaires internationaux, photographes et réalisateurs palestiniens, etc.). La personne en charge du projet pourra aussi détecter des opportunités au niveau international (formations, bourses, concours, etc.) qui pourraient profiter aux participants. Des liens avec des médias locaux (agences de presse, chaînes de télévisions, etc.) permettront aussi de diffuser les produits et d’obtenir des ouvertures pour les jeunes vers le monde professionnel.

En terme d’autofinancement, des personnes seront chargés de la communication autour de la vente ou location des produits culturels. La vente et les recettes vont dépendre dans une certaine mesure de la situation sur le terrain. Une dégradation équivaudrait à un isolement. Mais les nouveaux moyens de communication, comme Internet, permettent aussi de lutter contre cette tendance. Le Centre Alrowwad pourra proposer les produits culturels par l’intermédiaire des réseaux associatifs de soutien qui pourront assurer la vente à l’étranger et de sites Internet liés à la Palestine. Au niveau de la Palestine, la tournée d’une exposition photo - qui peut être couplée avec la projection de vidéo - pourra aussi constituée un moyen efficace de communication et de diffusion des produits.

Au final ce projet aura donc des effets très bénéfiques pour les participants mais aussi pour la communauté dans son ensemble.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)