Les Amis d’Al-Rowwad

PALEXTILE

GIF - 19.3 ko

La collection PALEXTILE suit une triple orientation :
- Une ligne de vêtements « Made in Palestine », entièrement réalisés à Bethleem Des robes et des cravates exécutés en Keffieh. Des hauts, pantalons, jupes et vestes coupés, assemblés et et brodés à la main par les femmes du camp de réfugiés d’Aida.
- Des tee-shirts avec reproductions de graffitis du "Mur de la Honte".
- Une Robe et des tops en jersey agrémentés d’empiècements en keffieh, créations de Soi- Disant entreprise créée par de jeunes palestiniennes au Canada.

>> Ecoutez Palextile sur Radio Libertaire

PALEXTILE : LA PREMIERE COLLECTION

JPEG - 18.6 ko

La Mode que nous proposons, offre une autre image de la Palestine : celle d’une population créative et plurielle... bien loin des clichés véhiculés par les grands médias.
- La coupe des vêtements est traditionnelle pour les vestes, modernisée pour les hauts et les pantalons
- L’utilisation de Keffieh en petites touches symbolise la résistance palestinienne-
- Les motifs de broderie : simplifiés mais très féminins reprennent les techniques traditionnelles : point de croix Tarteez ou point Tarhireh.
- Les 4 graffs du mur symbolisent la résistance et le désir de vivre ensemble. - Pour cette 1ère collection, clin d’oeil sur la Naqba, Bethleem avec les vestes Taqsireh, l’oiseau de paradis, la rose, les étoiles...et sur les jupes sont brodés les noms de villages détruits en 1948.

PALEXTILE : LES ACTEURS DU PROJET

JPEG - 22.6 ko

Le collectif de brodeuses du camp d’Aida compte une quarantaine de femmes. Le centre Al-Rowwad emploie une salariée qui coordonne la production de broderies. Elle est également l’interlocutrice principale avec nos partenaires :
- le patronnier, pour la mise au point des modèles et les patronages
- le couturier pour la coupe et la confection En France une équipe de bénévoles se charge de présenter les nouveaux modèles et d’établir un réseau de vente : associative, par internet sur notre site et bientôt dans notre nouveau magasin de Paris XVIIIème.

PALEXTILE : LES COUPS DE COEUR

Au fil des saisons vous découvrirez les événements du monde de la mode palestinienne : entretien avec des créateurs de mode, présentation de leurs modèles. D’autres portes s’ouvrent : visite des collections de robes anciennes palestiniennes en Angleterre, relations avec des entreprises d’insertion en France, participation à un salon sur les arts manuels… A suivre sur notre site.

PALEXTILE:S’HABILLER UNE NOUVELLE FORME DE SOLIDARITE ?

Quand la mode épingle l’occupation israélienne et déchire le blocus économique imposé aux palestiniens !
Nous proposons un moyen modeste, agréable et concret d’accompagner les palestiniens dans leur résistance à l’occupation. Le prix des vêtements est calculé pour fournir un revenu suffisant aux artisans locaux, payer le transport et permettre une diffusion à un coût minime en France, en Europe... Rappelons que la vie quotidienne est chère en Palestine, du niveau de la France, et que nous souhaitons maintenir une éthique dans la production et la commercialisation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)