Les Amis d’Al-Rowwad

"C’est seulement à Gaza !"

C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.

C’est seulement à Gaza, qu’on a le droit à deux heures d’électricité par jour.

C’est seulement à Gaza que les jeunes ne pensent pas à partir et quitter leur région en dépit de toutes les conditions inhumaines sur place.

C’est seulement à Gaza que personne ne dort dans la rue malgré la précarité, et les conditions de vie très dures dans cette région sous blocus.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’étudiants dans les universités et les facultés augmente, et que le nombre d’université s’accroit , avec 15 grandes universités et facultés qui accueillent plus de 120.000 étudiants , malgré le taux de chômage qui dépasse les 65%, et l’absence de perspectives pour l’avenir.

C’est seulement à Gaza que presque le tiers de la population n’a jamais voyagé.

C’est seulement à Gaza que presque toute la population passe les vacances sur place, à cause de la fermeture des passages.

C’est seulement à Gaza, que le taux de scolarisation dépasse les 93%, en dépit d’une situation catastrophique.

C’est seulement à Gaza qu’on vit encore à côté des ruines des maisons détruites.

C’est seulement à Gaza que les cours se font dans des classes et écoles détruites.

C’est seulement à Gaza qu’on supporte un blocus inhumain qui dure depuis plus de dix ans.

C’est seulement à Gaza, qu’on n’a pas droit à une liste de 1300 produits qui n’entrent pas dans cette région par ordre militaire de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que quand il y a un bombardement, les habitants avec leur courage se rassemblent sur le lieu du bombardement pour aider les secouristes et les pompiers.

C’est seulement à Gaza que les paysans continuent de cultiver leurs terrains dans les zones tampons et frontalières, malgré la présence et les menaces des soldats de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que les pêcheurs continuent de pêcher dans des zones limitées, malgré la présence et les menaces de la marine de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que la moitié de la population vit avec moins de 2 euros par jour.

C’est seulement à Gaza que la population a subi trois offensives militaires en 5 ans.

C’est seulement à Gaza, cette région sur la côte, que les habitants n’ont pas un accès facile à la mer, soit à cause de la présence de la marine de l’occupation, soit à cause de la pollution.

C’est seulement à Gaza que la majorité des fonctionnaires touchent entre 30 et 40 % de leurs salaires et continuent à travailler.

C’est seulement à Gaza qu’une mère de famille se réveille à deux heures du matin quand il y a du courant pour faire fonctionner les appareils électriques.

C’est seulement à Gaza, que les jeunes fréquentent les cafés munis des générateurs pour réviser leurs cours et préparer leurs examens .

C’est seulement à Gaza que des personnes se lèvent à n’importe quel moment, la nuit, quand il y a le courant, pour donner des nouvelles sur la situation sur place et pour témoigner pour le mouvement de solidarité.

C’est seulement à Gaza que la solidarité familiale et l’accueil des étrangers se développent malgré la pauvreté et le manque de ressources.

C’est seulement à Gaza, que la population s’accroche à la vie, alors que les voisins plus que les ennemis veulent qu’elle disparaisse.

C’est seulement à Gaza qu’on continue à vivre alors que tous les secteurs vitaux sont paralysés.

C’est seulement à Gaza que la population est toujours debout malgré la crise humanitaire et malgré toutes les mesures atroces de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que le sourire des enfants est un acte de résistance !

C’est seulement à Gaza qu’on supporte l’insupportable !

C’est seulement à Gaza qu’on réclame dignité avant nourriture !

C’est seulement à Gaza qu’on résiste pour vivre, et qu’on vit pour résister !

C’est seulement à Gaza qu’on vit l’injustice et le malheur, mais on garde espoir pour l’avenir !

ZIad Medoukh



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)