Les Amis d’Al-Rowwad

Girafada, un très bon film sur l’occupation de la Palestine

À Qalqilya, ville palestinienne de Cisjordanie encerclée de tous côtés par le mur d’annexion il y a un zoo. Et dans ce zoo, des girafes. En 2003, au début de la seconde intifada, Rani Massalha, qui vivait à l’époque en Europe, apprend par une dépêche le décès d’un des animaux.

« J’ignorais qu’il existait un zoo en Palestine, raconte-t-il au Figaro, et je me suis mis aussitôt en tête d’agir pour qu’il acquière une nouvelle girafe en pratiquant un échange d’animal avec un zoo israélien. Il me semblait que c’était une manière de rendre aux enfants palestiniens le seul espace où ils pouvaient encore prétendre à vivre les bonheurs de leur âge. »

Sa tentative n’a pas abouti, du moins sous cette forme. Car elle a conduit Rani Massalha vers le cinéma et son premier film, Girafada, reprend cette histoire pour en faire une aventure à la fois allègre et mélancolique, portée par un enfant de 10 ans, Ziad, victime comme tous les siens des exactions des colons et de l’armée d’occupation.

Un grand moment de cinéma. A voir sans tarder.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)