Les Amis d’Al-Rowwad

Fin de tournée bretonne

Dol de Bretagne (27 et 28 juillet)
Après une nuit à Poitiers où nous accueille un groupe de bénévoles, nous voici au Mont Dol, chez Mauricette et Michel. Ici, pas d’association pour organiser l’hébergement et les repas à 30, mais des militants, généreux et solidaires. Nous nous produisons à Dol de Bretagne, devant la Mairie, à l’initiative de l’association FARANDOL et de la municipalité, entre deux numéros de joueurs de cornemuse.... suisses.
Retour au Mont Dol, pour des agapes bretonnes : si les enfants sont un peu hésitants sur les moules (celles au cidre réservées aux adultes non musulmans sont excellentes !), il dévastent le plat de maquereaux grillés, pêchés la veille par Michel et ses amis. Le lendemain, journée plage et baignade entre Cancale et Saint Malo, puis visite du Mont Saint Michel juste avant l’orage. Même les plus blasés sont émerveillés de l’architecture de l’abbaye. Découverte des galettes et des crêpes pour le repas du soir.

 

Vannes (29 et 30 juillet)
Après la Bretagne Nord, direction le sud, à Vannes, Saint Nolf exactement, où nous attend l’AFPS de Vannes pour une dernière représentation le 29 juillet.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)