Les Amis d’Al-Rowwad

jeudi 20 avril à 19 H Librairie Résistances : Projection de "Hope in the bottle", ou les aventures d’une bouteille d’huile d’olive palestinienne

Haïcha Ladrouz viendra présenter et commenter, le jeudi 20 avril au soir, son film "Hope in the bottle" (L’espoir dans une bouteille"), une sorte de road movie, le voyage tumultueux d’une bouteille d’huile d’olive en Cisjordanie. Car, produire de l’huile d’olive en Palestine, c’est comme jeter une bouteille à la mer et pourtant, cette bouteille, comme un miracle en terre sainte, peut arriver à bon port… Une fois tous les barrages passés !

Un film (France, Palestine / 72 minutes) qui montre en même temps le quotidien des paysans palestiniens qui tentent d’avoir une agriculture pérenne et une économie viable malgré l’occupation… Une manière de montrer comment la vie l’emporte sur cette terre déchirée.
" J’ai vécu dans les familles, partagé les repas, appréhendé au jour le jour le quotidien des palestiniens, raconte Haicha. Ils m’ont ouvert leur coeur et leurs champs et de façon totalement inattendue, ils m’ont fait rire. Parce qu’ici, comme sur tous les théâtres de guerre, le rire est une arme de destruction massive contre toutes les formes d’adversité. Hope in the Bottle, c’est l’histoire de ce terroir, symbole de la culture palestinienne, l’histoire de ces familles qui ne renoncent pas à l’indépendance, ne fut-elle qu’économique, c’est l’histoire de la lutte pour une liberté qui passe aussi par l’olive."

La production d’huile d’olive en Palestine, les meilleures années, atteint 20 000 tonnes avec 11 millions d’arbres, soit 4 fois la production française, et elle constitue une source de revenus pour près de 80 000 familles. L’olivier reste un atout incontournable pour une stratégie de développement et de souveraineté alimentaire.
Les huiles d’olive de Palestine présentent une typicité aromatique de terroir assez unique qui peuvent les amener à occuper une place de choix sur les différents marchés internationaux.
Les Palestiniens ont conservé un habitus ancestral pour bichonner leurs oliviers, et les olives sont encore récoltées à la main sur des arbres parfois millénaires. Mais sa production reste très fragile car elle peut être perturbée par les restrictions de passage imposées par l’armée d’occupation israélienne et ampute les paysans d’une part importante de leur revenu principal.
Et face à la colonisation galopante, qui chaque jour voit les terres des paysans palestiniens confisquées ou détruites, ce revenu se rétrécit quotidiennement.

RÉALISATION / Haïcha Ladrouz - MUSIQUE / Mehdi Haddab -
MONTAGE / Haïcha Ladrouz et Isabelle Devinck - PRODUCTION / Haïcha Ladrouz, Sycomore films et film Factory.
Haïcha Ladrouz est une réalisatrice de documentaires qui sillonne le monde, là où ça va mal, à la rencontre d’hommes et de femmes qui se battent sans relâche pour améliorer leur sort, en Algérie pendant les année noires, en Palestine, en Syrie, en Yougoslavie...
Parmi ses reportages : « Les clandestins d’Oran », « Les enfants de l’hôpital de Damas » , « Izhak, le conservateur de l’art Palestinien en pleine Intifada », « Les travailleurs chinois en Algérie ».
Elle est allée plusieurs fois en Cisjordanie, pour retrouver les fermiers palestiniens. Et nous en rapportera des nouvelles très fraîches...
Venez nombreux voir son film, jeudi 20 avril à 19 H, et discuter avec elle !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)