Les Amis d’Al-Rowwad

Le cri des oliviers

Une Palestinienne en lutte pour la paix - Sumaya Farhat-Naser

Née en 1948 dans un village proche de Ramallah au sein d’une
famille traditionnelle, Sumaya Farhat-Naser refuse d’être
mariée à 14 ans selon la coutume. Sa scolarité
terminée, elle poursuit ses études en Allemagne. Confrontée
à l’histoire germano-juive, elle découvre la réalité
des victimes de l’holocauste et de l’antisémitisme.
Dans le même temps, elle prend conscience de son identité
palestinienne et de l’ignorance entourant l’histoire de
son propre peuple. Cette double expérience la marque profondément.


De retour dans ce qui est devenu les territoires occupés, l’auteure
qui enseigne à l’Université de Bir-Zeit, s’engage
dans un travail pour la paix avec des femmes palestiniennes et israéliennes.
Ce livre raconte la difficile approche de ces femmes qui apprennent
à se connaître, à surmonter la méfiance et
les malentendus, et peu à peu, alors que de part et d’autre
la situation se tend, osent se parler franchement.

Editions Labor et Fides

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)