Les Amis d’Al-Rowwad

L’arrestation des enfants par l’occupation : une nouvelle guerre contre l’enfance palestinienne

Après la vaste campagne d’enlèvements menée contre des enfants et des mineurs palestiniens, le tribunal israélien a approuvé une nouvelle loi qui permet la délivrance de peines de prison contre des enfants palestiniens, une nouvelle escalade ciblant l’enfance palestinienne et une autre violation des droits humains.

La nouvelle loi israélienne justifie la délivrance des peines de prison de longue durée contre des dizaines d’enfants palestiniens, en particulier Ahmad Manasra (13 ans), Muawiya Alqam (13 ans) et son cousin Ali Alqam (11 ans), le plus jeune prisonnier du monde. Avant son arrestation, les soldats israéliens ont tiré sur Ali à trois reprises.

Mohammed Shalala, un professeur de droit international à l’Université al-Fatah d’Al-Quds et ancien doyen de la Faculté de droit, a confirmé que la condamnation de la cour israélienne des enfants de moins de 18 ans est "une violation flagrante de la loi internationale et de la convention des droits de l’enfant dont Israël fait partie."

Ratification

Un comité ministériel israélien a ratifié le 22 Novembre une loi d’emprisonner les enfants palestiniens de moins de 14 ans s’ils commettent des crimes contre la sécurité nationale israélienne, se référant à des actes de la résistance palestinienne.

La Knesset israélienne a approuvé l’unanimité de la proposition en première lecture. Après la deuxième et troisième lectures, la loi a approuvé la présentation des enfants de 12 ans devant les tribunaux et les détenir ensuite dans les centres de réadaptation jusqu’à l’âge de 14 pour les transférer après dans les prisons pour adultes.
Jugements racistes

Shalalda a souligné que de tels procès israéliens sont basés sur la discrimination et contredisent les lois et sont différentes des condamnations des enfants israéliens même si les accusations sont les mêmes.

Il a ajouté : « Israël fait partie de la loi des traités de 1969, qui stipule qu’aucun Etat partie doit adopter une législation nationale qui viole les conventions internationales ».

Des faits bouleversants

Le Centre d’étude des prisonniers palestiniens a documenté 6000 arrestations israéliennes de Palestiniens, dont 1930 enfants, en 2015.
Riyad al-Ashqar, porte-parole du Centre, a déclaré que près d’un tiers des arrestations israéliennes étaient des mineurs. Les arrestations au cours de 2015, selon lui, ont été axées sur les enfants de moins de 14 ans et les enfants de moins de 10 aussi.

Selon l’organisation Addameer pour les affaires des prisonniers palestiniens, les Forces d’Occupation Israéliennes ont arrêté plus de 2000 Palestiniens, dont 350 enfants, portant ainsi le nombre des enfants palestiniens prisonniers dans les prisons israéliennes à 400 en Novembre dernier.

Ciblage de l’enfance palestinienne

"Israël a déjà arrêté des enfants de moins de 14 ans et même moins de 11 ans, mais le vrai danger de la nouvelle loi est l’approbation de soumettre ces enfants à des peines de prison et ceci est un risque pour leur avenir", a déclaré Abdul-Nasser Ferwana, chef du Comité des détenus palestiniens.

L’idée de la nouvelle loi israélienne a été soulevée après que l’occupation a arrêté l’enfant Ahmad Manasra (13 ans), le 12 Octobre dernier, après avoir prétendument tenté de poignarder un colon israélien.

Extorquer des aveux forcés

Ferwana a souligné que les agents israéliens utilisent la politique des menaces afin d’obtenir des aveux forcés des enfants lors des interrogatoires.

Une vidéo diffusée à partir de la salle d’interrogatoire israélienne a montré Ahmad Manasra avec trois interrogateurs israéliens criant sur lui et essayant de le forcer à avouer sa complicité dans une tentative de coup de poignard. Manasra a dit à plusieurs reprises : « Je ne me souviens pas », mais les enquêteurs l’ont obligé à dire ce qu’ils voulaient entendre, sans la présence d’un avocat.

La nouvelle loi traite les enfants comme des adultes, les exposant ainsi à des peines de prison très élevées.

Torture

"Les autorités israéliennes maltraitent les enfants palestiniens de manière systématique", a commenté Iyad Misk, avocat à la Défense Internationale des Enfants en Palestine.

Misk a souligné que les rapports recueillis entre Janvier et Juin 2015 montrent que 86% des enfants palestiniens dans les prisons israéliennes ont été exposés à plusieurs formes de torture physique. Ce pourcentage est de 10% supérieure à celui de 2014.

Les rapports montrent que les interrogateurs israéliens menacent les enfants et que les garder les enferment dans des cellules d’isolement pour les forcer à avouer, sachant que les enfants ne connaissent pas leurs droits.

Selon Misk, les autorités israéliennes exploitent la loi d’urgence qui permet l’utilisation de la politique de détention administrative à Jérusalem pour la première fois depuis l’an 2000.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

    Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !
    Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.
    Sans le moindre (...)

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)