Les Amis d’Al-Rowwad

L’oeil de Mourad

Passer de la maçonnerie qu’il a pratiquée avec son père à Beit Jala à un travail de cinéaste n’est pas commun. C’est pourtant le parcours singulier de ce jeune garçon dynamique de 22 ans qui couvre la tournée avec sa caméra.

Il habite avec sa famille à Doha et suit depuis 2 années des études de cameraman pour, un jour peut-être, travailler pour Aljazira, me dit-il en souriant. Il a réalisé lui même le montage de ses 4 premiers courts-métrages : l’un sur la Nakbah, son grand père lui ayant fait promettre avant de mourir de ne pas oublier leur village d’origine de Beit Natif, situé près de el Khalil (Hébron) ; un autre sur les checks-points, un autre sur le folklore et les traditions et un dernier sur les prisonniers, son oncle ayant été condamné à perpétuité suite à un attentat contre un général israélien. Seule sa mère peut lui rendre visite et il hésite sur le nom des prisons où celui-ci est enfermé.

Il me confie s’intéresser à beaucoup de choses, entre autre au football. Il apprécie bien sûr son séjour mais regrette de ne pas pouvoir assister au mariage de sa soeur dans 2 semaines.

Il conclue en me disant ne pas comprendre les conflits entre les 3 religions, qu’il soit entendu !!

Que son oeil continue à nous accompagner et à fixer pour l’avenir les images heureuses de notre tournée.

Par Elias,
Membre de l’UJFP



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)