Les Amis d’Al-Rowwad

73 DÉLÉGATION à TUBAS octobre 2013

Il y a des témoignages que nous hésitons à vous transférer, soit parce que les auteurs nous sont complètement inconnus ou que le témoignage soit trop dur..... celui-ci nous vous le transférons, parce que nous connaissons PERSONNELLEMENT chacun des interessés, et que nous sommes membres du Comité Alquarra de St Pierre d’Aurillac. Dans le cadre des voyages officiels du Président de la République et des patrons des grandes entreprises françaises actuellement en Israël et en Palestine on aurait pu espérer un peu plus de compréhension auprès des délégations qui elles aussi viennent en aide au peuple palestinien fraternellement à vous au service de la Paix et de la Justice Françoise Salles

détail de la journée du jeudi 24 octobre 2013

Dans le cadre du projet de coopération décentralisée entre les villes de Saint Pierre d’Aurillac et Fargues de Langon (Gironde) et la ville de Tubas (Cisjordanie), une délégation de 3 élus (Anne Larrouy et Francis Lacroix, conseillers municipaux de Saint Pierre d’Aurillac et Pascal Ramos, conseiller municipal de Fargues) est partie le jeudi 24 octobre 2013 de Toulouse via Bruxelles à destination de Tel Aviv sur un vol de la compagnie Bruxelles Airlines. À Bruxelles, il s’est avéré que la liaison Bruxelles - Tel Aviv serait assurée par la compagnie israélienne EL AL. À l’embarquement, les élus ont été abordés par la sécurité israélienne sur un ton péremptoire. Les agents exigeaient une arrivée de 2 heures avant le vol, mais la connexion était d’une heure et cinq minutes. Par la suite, la délégation a été interrogée quant au but de son voyage en Israël et sur la présence d’exemplaires du livret ci-joint dans les bagages. Pascal Ramos a été fouillé au corps par un policier belge sous l’ordre et la surveillance d’un agent israélien. Finalement, il a été autorisé à monter dans l’avion, sans aucun bagage à main, ni même argent. L’avion ayant une heure de retard et devant décoller, seul Pascal Ramos qui avait satisfait aux exigences de la sécurité israélienne (interrogatoire, fouille de bagages et fouille au corps) a été autorisé à monter à bord de ce vol.
En ce qui concerne Anne Larrouy et Francis Lacroix, ils ont été interrogés plus longuement puis orientés vers un hôtel de Bruxelles en attendant le vol du lendemain matin. La sécurité israélienne leur a demandé de ne conserver aucun bagage à main. Il leur a semblé que les livrets des enfants étaient la cause de ces interrogatoires prolongés, en conséquence, ils les ont laissés à Bruxelles.
Lorsque Pascal Ramos est arrivé à Tel Aviv, il a été de nouveau interrogé par la sécurité intérieure durant 1h30, puis autorisé à entrer sur le territoire israélien sans avoir récupéré ni ses bagages à main (dont son ordinateur), ni son argent. La personne qui l’attendait à la sortie et qui connaissant les membres de la délégation depuis plusieurs voyage, s’était renseignée à l’aéroport, l’a amené à l’hôtel Addar où des chambres avaient été réservées et l’a assisté ensuite.

détail de la journée de vendredi 25 octobre 2013

Anne Larrouy et Francis Lacroix arrivent à 8h à l’aéroport de Bruxelles pour l’enregistrement. Il leur avait été demandé par la sécurité israélienne de mettre les bagages à main, e.pad, ordinateur, médicaments, carnet de rendez-vous dans la valise. Ils sont pris en charge par la sécurité, les bagages sont enregistrés : 2 valises et un sac type appareil de photos avec (un boitier, 2 objectifs, 3 batteries, 3 cartes mémoire SD 32 Go, un microphone, une clé USB 32Go, un pied pliable). La sécurité israélienne leur donne rendez-vous à 9h45. Ils doivent alors donner tous leurs papiers, détacher toutes les cartes de crédit, vider le porte-feuilles, mettre tous les documents dans un panier, enlever pullover et veste et les mettre dans un panier. Puis une longue attente s’en suit avant de passer à la fouille corporelle (torse nu, détecteur explosif, passage de tous les effets au scanner, etc…). Des agents de police belges effectuent la tâche sous l’oeil attentif de la sécurité israélienne. Les agents belges sont gênés et s’en excusent. Finalement, Anne Larrouy et Francis Lacroix sont autorisés à embarquer, encadrés par les agents israéliens.
Arrivée à 17h heures à Tel-Aviv. À la présentation du passeport à la douane, Anne Larrouy et Francis Lacroix sont appelés à aller dans le local de la sécurité. Ils sont alors interrogés tour à tour, de façon "musclée" pendant plus de 5h notamment pour savoir où ils vont. Avec l’expérience de la veille ils restent sur leurs gardes et ne sont pas tranquilles vu la pression exercée. Au cours d’un des interrogatoires, le téléphone d’Anne Larrouy est « fouillé » pour vérifier les appels, ils trouvent un numéro palestinien qui correspond à celui de l’interprète qui doit accompagner la délégation dans la mission. Anne Larrouy donne alors quelques informations sur le travail entre les écoles et sur le livret. Les interrogatoires se poursuivent, en anglais pour Anne Larrouy. Ils font venir un interprète francophone pour interroger Francis Lacroix. D’emblée c’est le tutoiement et la suspicion. Ils sont alors interrogés plusieurs fois sur les mêmes éléments : à quel hôtel vont-ils, combien d’argent liquide ont-ils sur eux, combien d’argent ont-ils sur leur compte bancaire en France, quel est leur profession, leur numéro de téléphone, leurs adresses mails, le prénom du père, du grand père, etc… Mais la suspicion continuent car les agents israéliens essayaient de joindre Pascal Ramos, qui attendait dehors, sur son portable mais ne peuvent l’obtenir puisque son bagage avait été confisqué.
Vers 23h, épuisé, Francis Lacroix dit qu’il a besoin de ses médicaments. À ce moment-là on lui rendu son passeport et l’interprète l’a accompagné aux bagages. Il n’y avait plus d’accueil et il a pu sans ticket (la sécurité avait gardé ses tickets) prendre sa valise, le sac photo n’y était pas. Quand il a ouvert sa valise il n’y avait plus son sac avec ses médicaments, ni son téléphone, ni son e.pad. Il a informé la sécurité qui a ensuite disparue dans les bureaux. Francis Lacroix a alors obtenu son visa et est revenu à la réception des bagages où il a précisé l’absence d’une partie de ses bagages. Comme le responsable de la compagnie EL AL était parti il lui a été demandé de revenir le dimanche puisque le lendemain c’était samedi (shabbat).
Pendant ce temps, le dernier interrogatoire d’Anne Larrouy s’est soldé par un refus d’accès au sol israélien, sans qu’aucune raison précise ne soit donnée. Elle a ensuite été conduite dans un autre bureau où photos, empreintes digitales, etc... ont été prises. Plus tard, elle est conduite dans une grande salle de contrôle sécurité où la totalité du contenu de ses bagages est contrôlée, scannée. Elle subit à nouveau des fouilles corporelles.
Vers 2h du matin, Anne Larrouy est conduite au centre de rétention situé à côté de l’aéroport Ben Gourion. Elle est conduite dans une pièce où elle doit déposer toutes ses affaires, elle n’a le droit de rien prendre avec elle. Le lendemain, elle aura accès à quelques produits de toilettes, des rechanges et pourra passer un appel à sa famille. Les conditions de rétention sont bien entendu difficiles : entassement, enfermement, nourriture. Elle passe 2 nuits en rétention et est reconduite dans un avion pour Toulouse via Bruxelles le dimanche 27 novembre au matin.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)