Les Amis d’Al-Rowwad

COLLUSION GOUVERNEMENT-MEDIAS-LDJ : UNE VIDEO AMATEUR INSTRUCTIVE

Le site Citizenside, qui se nourrit, comme son nom l’indique, de documents produits par des citoyens ordinaires et non des journalistes professionnels, a mis en ligne une vidéo fort instructive sur les incidents de la rue de la Roquette dimanche à Paris, dont le visionnage torpille les principaux mensonges gouvernementaux, relayés par les médias, au cours des dernières 24 heures.

La vidéo http://www.citizenside.com/fr/videos/politique/2014-07-13/97421/video-paris-violents-affrontements-entre-pro.html

dure six minutes environ. Elle a été tournée par un habitant de la rue de la Roquette, à une heure non précisée dimanche après-midi, entre 17h30 et 18h30 selon toute vraisemblance.

Le vidéaste amateur filme depuis un immeuble situé à quelques dizaines de mètres de la synagogue, depuis le trottoir opposé.

Les éléments les plus frappants de cette vidéo sont les suivants :

les nervis de la LDJ, quelques dizaines, marchent vers des adversaires pro-palestiniens, rarement filmés pendant la séquence, mais apparemment peu nombreux
l’affrontement se situe dans le sens sud-nord de la rue de la Roquette, c’est-à-dire dans un sens opposé à celui de la Place de la Bastille, où prenait fin la manifestation de solidarité avec la Palestine, pourtant mensongèrement accusée d’avoir une part de responsabilité dans la bagarre
les nervis saccagent, sans se poser de questions, la terrasse du restaurant La Cappadoce, sous les yeux de la police, qui laisse faire
Les tables et chaises brisées deviennent alors entre leurs mains des armes par destination, sans parler de leurs casques, et, même, comme l’a relevé le site al-kanz à qui nous devons une bonne part de ce décryptage … une bonbonne de gaz !
Le péril encouru par la synagogue elle-même est bien sûr une fable : protégée à longueur d’année, celle-ci l’était plus encore dimanche, où dès le début de la rue de la Roquette côté Place de la Bastille, un fort cordon de policiers barrait le chemin. Idem bien entendu devant la synagogue elle-même, sise au 86-88 de la même rue.
Les policiers et gendarmes mobiles sont bien visibles dans le film ; ils ne se contentent pas de protéger le bâtiment, mais collaborent ouvertement avec les fascistes ; on voit ainsi dans un premier temps les gens de la LDJ franchir sans encombre leur barrage pour aller à la baston, aux cris bien virils de « Palestine on t’encule »,
Et deux ou trois minutes plus tard, lorsque les voyous sionistes reculent en proie à une certaine panique (ce qui est assez étonnant pour le spectateur, puisqu’on ne devine pas une présence antisioniste supérieure à une dizaine de personnes), les flics les laissent passer sans réticence pour leur permettre de se réfugier dans la synagogue, en renversant quelques poubelles au passage. Et comme l’a observé le site al-kanz, on en voit même certains discuter avec la police, qui ne fait rien pour les désarmer !
Au final, cette séquence permet aussi de se faire une meilleure idée du type de « culte » qui se célèbre dans la synagogue de la rue de la Roquette, où, contrairement à ce qu’ont dit gouvernants et médias menteurs, la seule « prière » au menu du rassemblement de dimanche était la poursuite de l’assaut de l’armée israélienne contre le peuple palestinien. Avec rabbins dedans, et gros bras dehors.

Merci donc à Citizenside et à al-Kanz d’aider à la manifestation de la vérité.

Voir aussi : http://www.al-kanz.org/2014/07/14/ligue-defense-juive-paris/

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)