Les Amis d’Al-Rowwad

Bon ramadan, sans dattes israéliennes !

Comme chaque année au moment du ramadan, nous attirons l’attention sur les dattes exportées par l’occupant israélien et provenant le plus souvent de terres volées aux Palestiniens dans la vallée du Jourdain. Soyez vigilants : assurez-vous, vous aussi que des commerçants ne vous trompent pas.

Ces dattes sont du reste reconnaissables. Elles sont plus grosses et plus brillantes parce qu’elles sont un croisement entre la prune et la datte, ce qui leur donne cet aspect.

Achetez plutôt des dattes tunisiennes, vous soutiendrez ainsi l’économie “post-Ben Ali” !

La plupart des dattes exportées par Israël sont produites dans des colonies de la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, sur les terres des Palestiniens, avec leur eau et leur sueur. Ceux qui en consomment encouragent la colonisation israélienne.

La majorité de la population palestinienne a été chassée de la région et ceux qui restent sont souvent contraints de se faire exploiter par les entreprises israéliennes, Carmel, Mehadrin, Hadiklaim qui maintiennent l’apartheid.

Ainsi, l’armée israélienne a démoli les villages de Ras al-Ahmar et Hadidiya dans la vallée du Jourdain. Elle a détruit ou confisqué les moyens d’accès à l’eau dont les villageois dépendent pour survivre en travaillant le peu de terres qui leur restent. Du coup, beaucoup sont obligés d’aller travailler et d’envoyer leurs enfants dans les colonies.

Là, ils passent plusieurs heures sur des palmiers de 10 à 12 mètres de haut sans pouvoir descendre pour aller aux toilettes. Sous le soleil ou secoués par le vent, dérangés par des insectes ou des scorpions, et parfois des serpents, ils doivent rester accrochés par un bras et travailler de l’autre sans interruption pour remplir leurs quotas. S’ils se plaignent ou ne respectent pas leurs quotas, ils perdent leur travail et les ressources de leur famille.

Depuis deux ou trois ans, nos enquêtes ont relevé que de nombreux commerçants ont renoncé à importer ces dattes, car les consommateurs musulmans sont de moins en moins dupes. C’est une bonne chose et il faut encourager et féliciter ces petits commerçants comme les supermarchés qui ne mettent plus en rayons des produits de l’occupation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « on peut sortir un enfant de détention, mais comment sortir la détention des enfants ? » Projet Yes Theatre – Hébron

    Projet Yes Theatre – Hébron soutenu par les Amis d’Al Rowwad
    Taking detention out of children
    « on peut sortir un enfant de détention, mais comment sortir la détention des enfants ? »
    Un programme d’intervention de santé mentale par la pratique de l’art théâtral
    Objectifs du projet et stratégies
    Contribuer à l’amélioration de la santé mentale et du bien-être psychologique d’enfants palestiniens ayant été détenus dans les prisons israéliennes, les aider à poursuivre une vie équilibrée à travers la (...)

  • Le Centre de la paix commence l’année 2018 par une séance de soutien psychologique pour les enfants de Gaza

    Malgré une situation dramatique dans la bande de Gaza , le Centre de la paix de poursuit ses actions et ses activités pour les jeunes et les enfants de Gaza.
    En ce début de cette nouvelle année 2018, le Centre a décidé de poursuivre ses activités d’animation et de soutien psychologique pour les enfants de plusieurs régions dans la bande de Gaza pour leur faire oublier les horreurs de la situation actuelle dans leur prison à ciel ouvert et de différents bombardements israéliens.
    Le lundi 15 janvier (...)

  • Volontaires catholiques en Palestine, ils témoignent

    « La colonisation en Palestine est un cancer qui développe quotidiennement ses métastases » : telle est la conclusion extrêmement forte de Corinne et Laurent Mérer, deux volontaires catholiques qui ont passé trois mois dans les Territoires occupés. » Au printemps 2016, Corinne et Laurent Mérer passent trois mois dans les Territoires occupés à l’appel des églises chrétiennes de Palestine. Cet ancien amiral et son épouse ne sont pas particulièrement sensibilisés à la question israélo-palestinienne. Ils vont (...)