Les Amis d’Al-Rowwad

Bon ramadan, sans dattes israéliennes !

Comme chaque année au moment du ramadan, nous attirons l’attention sur les dattes exportées par l’occupant israélien et provenant le plus souvent de terres volées aux Palestiniens dans la vallée du Jourdain. Soyez vigilants : assurez-vous, vous aussi que des commerçants ne vous trompent pas.

Ces dattes sont du reste reconnaissables. Elles sont plus grosses et plus brillantes parce qu’elles sont un croisement entre la prune et la datte, ce qui leur donne cet aspect.

Achetez plutôt des dattes tunisiennes, vous soutiendrez ainsi l’économie “post-Ben Ali” !

La plupart des dattes exportées par Israël sont produites dans des colonies de la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, sur les terres des Palestiniens, avec leur eau et leur sueur. Ceux qui en consomment encouragent la colonisation israélienne.

La majorité de la population palestinienne a été chassée de la région et ceux qui restent sont souvent contraints de se faire exploiter par les entreprises israéliennes, Carmel, Mehadrin, Hadiklaim qui maintiennent l’apartheid.

Ainsi, l’armée israélienne a démoli les villages de Ras al-Ahmar et Hadidiya dans la vallée du Jourdain. Elle a détruit ou confisqué les moyens d’accès à l’eau dont les villageois dépendent pour survivre en travaillant le peu de terres qui leur restent. Du coup, beaucoup sont obligés d’aller travailler et d’envoyer leurs enfants dans les colonies.

Là, ils passent plusieurs heures sur des palmiers de 10 à 12 mètres de haut sans pouvoir descendre pour aller aux toilettes. Sous le soleil ou secoués par le vent, dérangés par des insectes ou des scorpions, et parfois des serpents, ils doivent rester accrochés par un bras et travailler de l’autre sans interruption pour remplir leurs quotas. S’ils se plaignent ou ne respectent pas leurs quotas, ils perdent leur travail et les ressources de leur famille.

Depuis deux ou trois ans, nos enquêtes ont relevé que de nombreux commerçants ont renoncé à importer ces dattes, car les consommateurs musulmans sont de moins en moins dupes. C’est une bonne chose et il faut encourager et féliciter ces petits commerçants comme les supermarchés qui ne mettent plus en rayons des produits de l’occupation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)