Les Amis d’Al-Rowwad

9 ans de prison pour Ameer Makhoul

Appel à tous ceux qui auront la rage au c ?ur à l’annonce de cette nouvelle.
Le tribunal de Haïfa vient de condamner, ce dimanche 30 juin, Ameer Makhoul à 9 ans de prison !

Jour de colère. Cette nouvelle manifestation de la violence de la colonisation israélienne doit nous inciter a encore plus de solidarité avec le peuple palestinien
Protestons contre cette condamnation par le tribunal de l’apartheid ! Appelons tous les amis de la Palestine a soutenir la campagne en faveur d’Ameer, que les Amis d’Al-Rowwad vont lancer a l’occasion de la tournée théâtrale 2011.
Alertons, diffusons, utilisons et imaginons de nouvelles voies pour faire connaître ce terrible déni de justice...Si vous naviguez avec aisance dans le cyberespace, surtout lancez info et appel à protester.

Ameer Makhoul est Palestinien. Il vit a Haifa avec sa famille et fait partie de ces Palestiniens qui sont restés sur leur terre malgré l’invasion israélienne. Il est citoyen de la nation palestinienne qui a été dispersée par les sionistes mais reste bien vivante dans toutes ses composantes, en Palestine (Gaza, Cisjordanie), Israël, dans les camps de réfugiés et dans la diaspora.

Il est dirigeant d’Ittijah, collectif d’associations palestiniennes dont le siège est a Haifa. L’accusation d’espionnage, au nom duquel il a été condamné, est bien évidemment fantaisiste. Ce que lui reproche Israël c’est de ne pas renoncer à sa nationalité palestinienne et de se battre pour elle.

Exprimez votre soutien a Ameer en écrivant a son comité de soutien : ameer.makhoul@gmail.com et au blog : http://freeameermakhoul.blogspot.com.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)