Les Amis d’Al-Rowwad

La pièce "Trois en Un"

« Penses-tu qu’avec ton théâtre à la con tu vas libérer la Palestine ? Qu’as-tu fait pour Gaza ? Qu’as-tu fait pour Hébron ? »

Parce que faire du théâtre en Palestine ne va pas de soi, trois comédiens du Yes Théâtre d’Hébron montent sur les planches d’une terre aux enjeux complexes pour interroger leur utilité dans une ville qui ne cesse d’être colonisée en plein cœur.
Si vous venez vous promener dans la vieille ville d’Hébron, vous serez tout d’abord surpris de trouver des checkpoints installés sur le toit des maisons : des soldats immobiles vous observent passer sans un bruit. Vous remarquerez ensuite que la ville est étrangement silencieuse. C’est en regardant rapidement autour de vous que vous serez étonné de trouver la plupart des rues vides et les magasins fermés. Au dessus de vos têtes, des draps et des filets sont accrochés : ils ne vous protègent pas du soleil mais des ordures que près de 420 colons radicaux jettent par la fenêtre. Poursuivez votre avancée et vous trouverez des barrages militaires qui séparent la population palestinienne de la colonie israélienne Kiryat Arba qui a commencé sont installation en 1967 et qui continue de proliférer aujourd’hui. Cette hostilité lancinante, qui peut déclencher à tout moment des explosions de violence exacerbée, est le lot quotidien des commerçants et des habitants palestiniens qui continuent de résister en restant présents sur ce territoire.

A quoi sert le théâtre quand d’autres prennent les armes ? A quoi sert le théâtre quand on cesse de croire qu’un dialogue est possible ?

Après la seconde intifada, de nombreuses initiatives locales qui mettent en place des activités théâtrales voient le jour en Palestine. Elles prennent la forme d’animations clownesques, de spectacles amateurs et d’ateliers mis en place avec la population locale. Elles constituent une nouvelle réponse au conflit et s’adressent principalement aux enfants et à la jeunesse palestinienne : Comment réparer ce qui a été détruit, physiquement et symboliquement ? Comment redonner du sens au monde présent ? Comment créer ensemble le futur possible ou rêvé de la Palestine ?

Dans le spectacle 3 en 1, Raed Shyoukhi, Mohamed Titi et Ihad Zahded jouent leur propre rôle puis se dédoublent en différents personnages pour faire entendre la pluralité des voix qui peuplent leur quotidien. Ces confrontations les poussent à interroger le sens de leur activité dont l’utilité n’est pas toujours comprise par la population locale. Abu Akram, un voisin, explique à Raed qu’il ferait mieux de se trouver un « vrai » travail pour gagner sa vie et être utile à la société. Un vendeur de réfrigérateur lui réclame sa note qu’il est incapable de payer.

-  Tu n’as pas honte ? C’est du boulot ça, le théâtre ?
-  Comment voudrais-tu que je l’appelle ?
-  Du n’importe quoi ! C’est du n’importe quoi !

Et pourtant, depuis 2007, le Yes Théâtre organise des ateliers de pratique théâtrale en direction de la jeunesse d’Hébron qui touchent près de 13 000 enfants chaque année. Il crée un espace dans la ville où les habitants peuvent exprimer librement leur colère, leurs peurs et leur joie afin de les partager avec un groupe. Le Yes Théâtre est un endroit qui permet de faire rejaillir son âme d’enfant de sous les décombres afin de réapprendre la valeur du jeu et ainsi reconstruire avec les autres son imaginaire accidenté. C’est un lieu qui permet de comprendre que jouer est aussi un moyen d’action puissant.

-  Acteur c’est-à dire… […] Je me mets à la place des autres pour que les autres se mettent à ma place et me croient, moi…

Faire du théâtre, c’est développer son esprit critique en faisant entendre une pluralité de points de vue contradictoires. Monter sur les planches, c’est faire émerger des dialogues fictifs qui font interagir différentes visions pour permettre à la population d’Hébron de mieux comprendre le contexte dans lequel ils évoluent. Jouer sur scène donne enfin la chance à des centaines de jeunes de continuer de grandir et d’agir autrement dans la société qui les entoure quand d’autres, plus médiatisés, s’engagent dans la lutte armée.

-  Pourquoi ne feriez-vous pas une pièce de théâtre sur l’histoire de mon père ?

Parce que faire du théâtre en Palestine n’est pas une alternative à la résistance mais un acte de résistance en lui-même, des comédiens, amateurs ou professionnels, s’emparent du plateau pour reconstruire leur histoire passée, présente et future, réelle ou rêvée, personnelle ou collective. Le fruit de leur travail, qui s’adresse aux Palestiniens et au monde entier, fait apparaître une réalité nuancée et complexe dont jaillissent parfois des étincelles d’évidence et de compréhension.
A quoi sert le théâtre si ce n’est pour continuer la lutte ?

Le spectacle a été primé au festival international à Milan par un jury composé de personnalités du théâtre telles que Lev Dodine, directeur du Maly Drama Théâtre de St Petersbourg, Lluis Pasqual, ancien directeur de l’Odéon à Paris, Luca Ronconi, directeur de la Scala de Milan,…

Mise en scène et scénographie
Ihab Zahdeh
Comédiens
Raed Shyoukhi, Mohammad Titi, and Ihab Zahdeh
Régisseur
Hammam Amro
Producteur
Mohammad Issa
Remerciements à Michaela Miranda pour ses conseils en chorégraphie et à toutes les personnes qui ont apporté leur soutien



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Ce ne sont pas des images de morts et de blessés

    Ce sont les images de citoyennes de Gaza qui tentent malgré le blocus israélien et égyptien..les luttes des factions pâlestiniennes..d agir pour l avenir de la Palestine
    C’est en français..

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)