Les Amis d’Al-Rowwad

"C’est la faute au loup"

Histoire de la pièce 

La pièce "C’est la faute au loup" se présente à première vue comme une suite du conte du Petit Chaperon Rouge : Le chaperon rouge accuse le loup d’avoir mangé sa grande mère. Suite à cette accusation, le juge fait arrêter le loup et invite tous ceux qui ont déjà eu des démêlés avec lui à venir témoigner. On invite donc les trois petites chèvres, Hansel et Gretel, etc. Le procès commence par une longue diatribe visant à démontrant que tout loup ne peut être que méchant et criminel, qu’un bon loup, cela ne s’est jamais vu ; et que, par conséquent, le loup ici présent mérite la pendaison.

Mais au fur et à mesure que le procès se déroule, on découvre que les chèvres ne sont pas sûres de ce qu’elles avancent, et que le loup a sauvé Hansel et Gretel des griffes de la sorcière. Et que c’est pour se venger que la sorcière s’est déguisée en loup et s’est couchée dans le lit de la grand-mère. Malgré ces preuves, la sentence est maintenue, jusqu’à ce que la grand-mère rentre en scène et confirme l’innocence du loup. La scène finale voit les protagonistes présenter leurs excuses au loup, mettant ainsi en exergue l’importance de dégager tout jugement des stéréotypes et préjugés, et la nécessité d’accorder la même attention aux arguments des deux parties en présence.

 Ce sont les jugements hâtifs et le culte de l’apparence qui sont épinglés ici, de manière fort originale.

Note d’intention du metteur en scène

 "C’est la faute au loup" est une création d’Abdelfattah Abu Srur, fondateur et directeur du centre Al Rowwad. Il s’agit d’une variation sur le thème de plusieurs contes d’Andersen qui, si elle est présentée par des enfants, s’adresse à un public de tous ages : « J’ai choisi de créer et mettre en scène cette pièce en travaillant avec des enfants pour atteindre plusieurs objectifs :

 1. Créer les conditions et un espace de discussion et de réflexion afin d’amener enfants et adultes à prendre conscience et à interroger les stéréotypes et les préjugés dans lesquels on enferme l’Autre, étranger ou familier, mais aussi ceux dans lesquels nous-même sommes enfermés.

 2. Interroger le concept de justice d’une manière originale. Les différents rebondissements qui structurent la pièce visent à surprendre le spectateur en lui présentant une réflexion en profondeur qui rompt avec les discours habituels sur le sujet.

 3. Rappeler l’importance que doit tenir l’équité comme base de tout jugement : il s’agit de prêter une oreille aussi attentive et impartiale aux différents récits concurrents afin de rendre le jugement aussi juste que possible.

 4. Casser les stéréotypes diffusés dans les média et l’espace public sur l’Etranger, celui dont la culture, la religion ou les origines diffèrent.

 5. Introduire auprès des enfants les notions des droits des enfants et des droits de l’homme.

 6. Initier des discussions après chaque présentation entre les jeunes acteurs et le public, enfants et adultes confondus, autour de ces notions et principes fondamentaux de l’humanité."



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)