Les Amis d’Al-Rowwad

Aïda champion du monde … de l’exposition aux gaz lacrymogènes

Avec 6.400 résidents entassés sur moins de 7 hectares (soit l’équivalent de 90.000 habitants par km2 !), Aïda est déjà l’une des zones les plus densément peuplées de la planète.
Mais l’armée d’occupation israélienne s’emploie à lui décerner une autre distinction, celle de l’emploi le plus massif de ses gaz toxiques contre une population sans défense.

C’est ce que démontrent les Drs Rohini Haar, de l’Université de Berkeley, et Jess Ghannam, de l’Université de Californie à San Francisco, dans leur étude de terrain « Pas d’abri : conséquences sanitaires de l’exposition aux gaz lacrymogènes chez les réfugiés palestiniens ».
Les chercheurs ont conduit leur enquête auprès de 236 habitants de Aïda, âgés de 10 à 66 ans, au mois au mois d’août dernier.

La totalité des interviewés rapportent qu’ils ont été exposés à des tirs de gaz lacrymogènes au moins une fois au cours de l’année écoulée : dans plus de 80% des cas, à l’intérieur de leur domicile, mais aussi à l’école (10% des rapports), au travail, ou à bord de véhicules. Plus de la moitié des 236 participants font état de 3 à 10 cas d’exposition personnelle au cours du seul mois précédant le début de l’enquête !

Les tirs de l’armée, qui dispose d’une base jouxtant le camp, ont lieu à n’importe quel moment, qu’il y ait ou non des manifestations de protestation, notent les auteurs.

Les effets sur la santé rapportés comprennent : perte de connaissance, fausses couches, difficultés respiratoires dont asthme, toux, vertige, irritations cutanées, douleurs sévères, dermatite allergique, maux de tête, blessures provoquées par le choc des cartouches de gaz, troubles neurologiques, notamment.

Santé mentale : « Les raids de l’armée dans le camp, quasiment toujours accompagnés de tirs de grenades lacrymogènes, provoquent de très hauts niveaux de détresse psychologique, marqués notamment par des troubles du sommeil et un stress post-traumatique », écrivent les auteurs.

La fréquence et le caractère imprévisible des invasions du camp par l’armée rendent impossible tout semblant de vie normale. En particulier, tant les enfants que leurs enseignants confirment dans cette enquête qu’il leur est impossible de suivre, ou de faire la classe quand les écoles elles-mêmes sont visées par les soldats. Les établissement de l’UNRWA (l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens) scolarisent environ 1.600 enfants à Aïda.

Enfin, les Drs Haar et Ghannam s’inquiètent des effets toxiques au long cours des nouvelles munitions de l’armée d’occupation, qui utilise à présent des gaz bien plus puissants et aux effets bien plus prolongés que ces dernières années. Et aucune étude sérieuse n’a été faite sur les effets de ces produits sur des populations exposées à ces armes, non pas de manière ponctuelle comme lors de manifestations, mais de manière prolongée et quasi-permanente comme c’est le cas pour les habitants de Aïda.

Or, Israël se refuse à communiquer à la communauté scientifique des informations essentielles sur la nature des composants chimiques présents dans ses grenades lacrymogènes, empêchant ainsi une bonne prise en charge médicale de leurs effets toxiques, concluent-ils.

Source : https://www.law.berkeley.edu/wp-content/uploads/2017/12/NoSafeSpace_full_report22Dec2017.pdf



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)