Les Amis d’Al-Rowwad

19 enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda ont vu la mer pour la première fois !

Redecouverte

Banal ? Anodin ? Peut-être à nos yeux mais pourtant une expérience inoubliable pour chacun d’entre eux.

Tout commence une semaine auparavant lorsque deux volontaires, Brian et Bodil, reviennent de leur week-end à Tel Aviv, contents de leur séjour mais aussi mal à l’aise vis-à-vis des enfants du camp qui n’ont jamais eu l’occasion de faire un tel voyage. En effet, la loi israélienne interdit aux adultes palestiniens de se rendre en Israël sans une autorisation spéciale. Elle limite également leurs déplacements en Palestine. Par contre, les enfants de moins de 14 ans peuvent officiellement voyager sur tout le territoire.

Avec nos différentes nationalités nous avons la possibilité de circuler sans difficulté. Ce soir là nous décidons d’emmener des enfants à la plage.

Après 2 heures de bus, nous voilà enfin arrivés. Excités, les enfants se ruent vers la mer agitée. A la fois euphoriques et craintifs, ils s’accrochent aux adultes. Les enfants apprivoisent les vagues et deviennent de plus en plus téméraires. Les falafels préparés pour le pique-nique n’ont pas beaucoup de succès, les enfants préfèrent rester dans l’eau. Entre château de sable, cerf-volant, jeux de ballon et baignade, on ne voit pas le temps passer ! Tous ces sourires, cette joie, ces rires d’enfants, quel contraste avec leurs quotidiens !

Après une journée riche en émotions, chacun rentre chez soi. Quelques heures plus tard, un conflit violent éclate dans le camp. Cela confirme à nos yeux, l’importance, pour ces enfants, de vivre de nouvelles expériences, de découvrir d’autres manières de s’amuser et enfin de s’ouvrir sur l’extérieur.

 Nous espérons poursuivre ce projet avec d’autres enfants. Cependant, notre budget personnel étant limité, il nous est difficile de financer seuls un nouveau voyage. La préparation de cette sortie, la location du bus, le chauffeur, la nourriture nous sont revenus à 1500 shekels soit environ 270 euros.

Avec votre soutien, d’autres enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda verront la mer pour la première fois !

Mélanie et Hannah, 
volontaires au centre culturel Al Rowwad.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)