Les Amis d’Al-Rowwad

19 enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda ont vu la mer pour la première fois !

Redecouverte

Banal ? Anodin ? Peut-être à nos yeux mais pourtant une expérience inoubliable pour chacun d’entre eux.

Tout commence une semaine auparavant lorsque deux volontaires, Brian et Bodil, reviennent de leur week-end à Tel Aviv, contents de leur séjour mais aussi mal à l’aise vis-à-vis des enfants du camp qui n’ont jamais eu l’occasion de faire un tel voyage. En effet, la loi israélienne interdit aux adultes palestiniens de se rendre en Israël sans une autorisation spéciale. Elle limite également leurs déplacements en Palestine. Par contre, les enfants de moins de 14 ans peuvent officiellement voyager sur tout le territoire.

Avec nos différentes nationalités nous avons la possibilité de circuler sans difficulté. Ce soir là nous décidons d’emmener des enfants à la plage.

Après 2 heures de bus, nous voilà enfin arrivés. Excités, les enfants se ruent vers la mer agitée. A la fois euphoriques et craintifs, ils s’accrochent aux adultes. Les enfants apprivoisent les vagues et deviennent de plus en plus téméraires. Les falafels préparés pour le pique-nique n’ont pas beaucoup de succès, les enfants préfèrent rester dans l’eau. Entre château de sable, cerf-volant, jeux de ballon et baignade, on ne voit pas le temps passer ! Tous ces sourires, cette joie, ces rires d’enfants, quel contraste avec leurs quotidiens !

Après une journée riche en émotions, chacun rentre chez soi. Quelques heures plus tard, un conflit violent éclate dans le camp. Cela confirme à nos yeux, l’importance, pour ces enfants, de vivre de nouvelles expériences, de découvrir d’autres manières de s’amuser et enfin de s’ouvrir sur l’extérieur.

 Nous espérons poursuivre ce projet avec d’autres enfants. Cependant, notre budget personnel étant limité, il nous est difficile de financer seuls un nouveau voyage. La préparation de cette sortie, la location du bus, le chauffeur, la nourriture nous sont revenus à 1500 shekels soit environ 270 euros.

Avec votre soutien, d’autres enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda verront la mer pour la première fois !

Mélanie et Hannah, 
volontaires au centre culturel Al Rowwad.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de l’AURDIP à la Ministre de la Justice concernant le projet de résolution demande aux Etats membres de l’UE d’adopter la « définition IHRA » de l’antisémitisme

    Sous la pression du lobby européen inconditionnel de l’Etat d’Israël, un projet de résolution « pour la lutte contre l’antisémitisme et la protection des communautés juives en Europe » sera soumis à la décision finale du Conseil européen « Justice et affaires intérieures » ce jeudi 6 décembre 2018. Ce projet de résolution demande aux Etats membres d’adopter la « définition IHRA » de l’antisémitisme.
    L’AURDIP a interpelé Madame Nicole Belloubet, Ministre de la Justice, qui représentera la France au Conseil qui (...)

  • Les méfaits du lobby israélien mis à nu (Vidéos)

    Grâce à la revue Orient XXI, le public francophone peut désormais visionner l’intégralité de l’enquête d’al-Jazeera sur les pratiques de corruption, d’espionnage et de désinformation du lobby israélien aux Etats-Unis. Il s’agit de 4 épisodes d’une durée de 50 minutes chacun.
    On rappelle que suite à des pressions ouvertement exercées par ce même lobby, l’émir du Qatar, propriétaire de la chaîne, avait retiré le documentaire de sa programmation. Une enquête similaire d’al-Jazeera, conduite en caméra cachée, sur (...)

  • Dominique GRANGE - Détruisons le mur ! (ترجمة إلى العربية)

    En 2010, je suis allée chanter à Ramallah, en Cisjordanie occupée. J’ai vu dans quelles conditions les Palestiniens vivent, confinés sur ce bout de terre… J’ai vu l’armée d’occupation israélienne dans les rues de Jérusalem-Est et ailleurs. J’ai vu les colonies squattant avec arrogance le sommet de collines volées aux Palestiniens. Et partout où je posais mon regard, j’ai vu le mur de l’apartheid, le mur de la honte... J’ai promis aux gens que j’ai rencontrés là-bas de témoigner de ce que j’avais vu et (...)