Les Amis d’Al-Rowwad

Groupe de Voiron

Histoire d’une rencontre…

En Mars 2001, un groupe d’enfants et de jeunes de Voiron, membres de la JOC, prenaient contact avec les enfants du centre culturel du camp de réfugiés d’Aïda, à Bethléem. Des échanges très riches s’ensuivaient.

Le 6 Décembre 2001, est crée le Collectif Isérois pour la Palestine.réunissant un groupement d’associations voironnaises.

Le 25 Novembre 2002, c’est donc tout naturellement que Abdel Fattah Abu Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, faisait étape pour la première fois à Voiron pour parler de son projet de tournée théâtrale de sa troupe d’enfants en France, en 2003. Au cours de cette soirée de nombreux Voironnais découvraient à cette occasion la situation critique vécue par les Palestiniens, et particulièrement les réfugiés des camps, depuis le début de la seconde intifada…Mais ils découvraient par la même occasion le travail remarquable effectué par ce centre "pour le développement de la culture" et "contre la guerre".

Le 29 Novembre 2002, était créée au niveau national une association loi 1901, la "Société des Amis du Théâtre d’Al Rowwad", à laquelle adhéraient un certain nombre de Voironnais.

En 2008, une association (loi 1901) à été crée « Les Amis du Théâtre Al Rowwad » VOIRON.


QUI SOMMES NOUS : A VOIRON (30 kms de Grenoble ) petite ville de 20.000 habitants notre association est composée de membres de réseaux associatifs, ainsi que de nombreux sympathisants, comme le raconte l’histoire, étant implanté depuis 2001, les « Amis d’Al Rowwad » sont bien connus sur Voiron et le Voironnais .

NOTRE BUT, premier est de soutenir la résistance Palestinienne par des actions culturelles, en France et en Palestine , et de promouvoir la culture Palestinienne à travers le travail du Centre Culturel d’ Aïda , afin de permettre aux jeunes du Camp de vivre pleinement leur jeunesse.

AGIR. Pour nous 2 actions sont primordiales, la visibilité et l’information.

La visibilité, Nous essayons de participer en tant que « Les Amis du Théâtre Al Rowwad » dans tous les temps forts de la vie associative voironnaise.

- En 2008 : Semaine de Solidarité Internationale, Semaine contre de racisme, une soirée pour les Libertés organisée par Ras L’Front, Un pique nique en solidarité avec les sans papiers RESF, un d »bat sur Les Amoureux au ban public et chaque année en novembre nous animons un stand pendant 2 jours à la foire de la St Martin à Voiron.

- L’information, du public voironnais ne s’arrête pas à la seule présentation du Centre Culturel Al Rowwad, mais notre information s’étend a l’ensemble du conflit palestinien.

- En 2008 au mois de mars nous avons eu une rencontre sur la Nakba et nous avons planté symboliquement un olivier.
Au mois de Mai une soirée sur la Paix par le droit a été organisée.
Au mois de Juillet nous avons accueilli la troupe .
Et au mois de Novembre nous avons eu le plaisir de la visite d’Abdel fattah Abu Srour pendant une soirée de reprise de la venue des jeunes d ‘Aïda.

Groupe de Voiron

Histoire d’une rencontre…
En Mars 2001, un groupe d’enfants et de jeunes de Voiron, membres de la JOC, prenaient contact avec les enfants du centre culturel du camp de réfugiés d’Aïda, à Bethléem. Des échanges très riches s’ensuivaient.
Le 6 Décembre 2001, est crée le Collectif Isérois pour la Palestine.réunissant un groupement d’associations voironnaises.
Le 25 Novembre 2002, c’est donc tout naturellement que Abdel Fattah Abu Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, faisait étape pour la première (...)

FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)