Les Amis d’Al-Rowwad

Un membre du personnel et un élève se voient interdire de voyager à l’étranger

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU FREEDOM THEATRE DE JÉNINE LE 30 MAI 2016
mercredi 1er juin 2016
Mustafa Sheta, membre du personnel du Freedom Theatre, qui avait rendez-vous à l’ambassade des États-Unis à Amman, s’est vu interdire de sortir du territoire. Par ailleurs, les autorités frontalières jordaniennes ont interdit à Ossama Al Azzeh, élève de troisième année du cours de théâtre, de franchir la frontière pour participer à des représentations théâtrales dans des camps de réfugiés.

« Ces faits constituent des exemples des nombreuses formes d’oppression auxquelles nous sommes soumis, nous, les Palestiniens. Ils montrent à quel point notre situation est difficile et parfois troublante », a déclaré Bilal Saadi, qui préside le bureau du Freedom Theatre.

Le 29 mai, les autorités frontalières israéliennes ont opposé une interdiction de sortie du territoire à Mustafa Sheta, ancien secrétaire du bureau du Freedom Theatre et actuellement membre de l’encadrement du théâtre, qui se rendait en Jordanie pour honorer un rendez-vous à l’ambassade des États-Unis en vue de l’obtention d’un visa. Sheta a été invité à se rendre aux États-Unis cet automne pour représenter le Freedom Theatre.

Quand Mustafa Sheta s’est informé de la raison de cette interdiction de sortie, les autorités frontalières ont mentionné les services israéliens du renseignement à Jénine. Sheta n’a pas eu l’autorisation de rencontrer un responsable.

Mustafa Sheta a une longue expérience au sein du secteur civil palestinien en tant que chercheur, journaliste et coordinateur de diverses organisations et projets, notamment Interpeace (PNUD et Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets - UNOPS), le Palestinian Refugee and Diaspora Center (SHAML), le Bisan Center for Research and Development et le Muwatin Institute for Democracy Study. Il fait partie depuis 2014 du bureau du Freedom Theatre.

Le 18 mars 2015, les autorités israéliennes ont arrêté Mustafa Sheta, accusé de militantisme politique. Incarcéré dans une prison israélienne, il en a été libéré le 22 novembre 2015.

Le 25 mai 2016, quelques jours avant que Mustafa Sheta cherche à se rendre en Jordanie, Ossama Al Azzeh, qui suit le cursus de jeu théâtral dispensé sur trois ans au Freedom Theatre, s’est vu interdire l’accès en Jordanie. Al Azzeh devait jouer dans la pièce Return to Palestine, présentée dans des camps de réfugiés palestiniens en Jordanie. Ces représentations s’intègrent dans un projet conjoint entre le théâtre Ashtar et le Freedom Theatre, visant à créer des réseaux pérennes entre les populations palestiniennes délibérément fragmentées par les politiques de la puissance occupante israélienne.

Le Freedom Theatre est vivement préoccupé par ces exemples récents de pratiques visant à isoler les associations culturelles palestiniennes. D’une part, la procédure de demande de visa pour les pays du Nord est de plus en plus complexe et coûteuse, d’autre part, Israël et les pays limitrophes ferment les frontières, empêchant ainsi les travailleurs du secteur culturel de se rendre à l’étranger. Au cours des deux dernières années, plusieurs membres du Freedom Theatre ont été dans l’impossibilité de voyager, soit qu’on leur ait refusé un visa soit que les fonctionnaires frontaliers leur aient interdit l’entrée ou la sortie.

Original du communiqué de presse, en anglais, sur le site du Freedom theatre :
http://www.thefreedomtheatre.org/news/senior-staff-member-and-student-prohibited-from-travelling-abroad/
Traduction : SM pour ATL Jénine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)