Les Amis d’Al-Rowwad

Participez à la publication du LIVRE LES ABSENTS en pré-achetant un exemplaire

LES ABSENTS est un travail photographique sur la memoire des villages palestiniens disparus lors premier conflit israélo-arabe en 1948. Durant plus de plus 3 années, j’ai recherché et photographié les vestiges de ces villages fantômes. Ces images sont voyage dans le temps et un témoignage sur un moment clef de l’histoire du israélo-palestinien.
Après plusieurs prix et de nombreuses expositions, UN LIVRE est en preparation. (Sortie septembre 2016).

Pour publier ce livre, j’ai besoin de vous :
Participez à la publication du LIVRE LES ABSENTS en pré-achetant un exemplaire ICI

Le Site KissKissBank Bank et un site spécialisé dans le financement participatif. On y trouve en ligne de nombreux projets.
Il suffit de s’inscrire sur le site et de payer par carte. Le montant est débité que si la collecte atteint son objectif. J’ai par le passé participé au financement de nombreux projets sur cette plateforme.

Cordialement
Bruno FERT
0607753412

Bruno Fert présente LES ABSENTS, le livre

Participez, avec les éditions LE BEC EN L’AIR, à la publication du livre LES ABSENTS NOUS avons besoin de VOUS pour accomplir ce projet ! MERCI

Présentation détaillée du projet LES ABSENTS, un projet photographique sur la mémoire d’un conflit.

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de 700 000 palestiniens vers les pays voisins. A la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

UN TRAVAIL DE MÉMOIRE
Durant plus de 3 années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des 500 villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont voyage dans le temps aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

POURQUOI CE LIVRE ?
A la suite des expositions, forcément éphémères, la publication de l’ouvrage LES ABSENTS permettra de transmettre et de faire vivre cette mémoire.
Grâce à votre participation à tous, le projet qui a occupé une grande partie de mon temps et de mon énergie ces dernières années, va pouvoir enfin exister de façon pérenne à travers ce livre.
Elias Sanbar signe le texte du livre. Écrivain d’exception, il est est l’auteur de nombreux romans et essais dont Le Bien des absents, Actes Sud, 2001. Elias Sanbar est aujourd’hui ambassadeur de Palestine à L’Unesco.

POUR RÉALISER CE LIVRE, J’AI DONC BESOIN DE VOUS TOUS

Cette collecte permettra de finaliser ce livre aux éditions LE BEC EN L’AIR.

Format 25/23 cm. Couverture rigide. 114 pages. 44 photographies couleur. Cartes. Texte d’Elias Sanbar.
Français / anglais.

PRIX, BOURSES & EXPOSITIONS

Lauréat du Fonds d’aide à la photographie contemporaine du Centre national des arts plastiques.
Prix Roger Pic 2013 décerné par Société Civile des Auteurs Multimédia.
Prix Neuflize Vie 2015.

LES ABSENTS ont été exposés de nombreuses fois :

Festival Circulation(S) - 2014 - Paris.
Mois de la Photographie - 2014 - Paris.
Les Photographiques - 2015 - Le Mans.
Al-ma’mal Fondation - 2015 - Jérusalem.
Khalil Sakakini Cultural Center - 2015 - Ramallah.
Institut Français - 2015 - Gaza.
PROCHAINE EXPOSITION : du 15 septembre au 16 octobre au Festival ManifestO à Toulouse.
À quoi servira la collecte ?

Le budget du livre LES ABSENTS est de 16000€.

Les éditions LE BEC EN L’AIR prennent en charge la moitié des frais de production : traduction des textes en anglais, la conception graphique et la photogravure. Les 8000 euro que je pourrais obtenir grâce à vous serviront à financer l’impression du livre et la numérisation des images. • La maquette, réalisée par Fabien Vidotto, vous sera présentée en juin 2016.
• Le livre LES ABSENTS sortira en septembre 2016.

A l’âge de 12 ans Bruno Fert égare les albums photos que lui avait confiés sa grand mère : plus de photos famille ! Depuis, il ne cesse de parcourir la planète et d’en photographier ses habitants. Des sans-abris du pont de Brooklyn à la seconde Intifada en passant par Kosovo ses reportages nous racontent avec tendresse la vie de nos contemporains. L’humain est au toujours centre de son travail même s’il n’apparaît pas toujours dans ses images. Ses photographies nous parlent d’identité et de son rapport avec l’espace géographique ou intime. Bruno Fert est diplômé de l’Ensad et membre du réseau Picturetank. Ses images sont régulièrement exposée et publiées dans la presse. Son travail a été distingué par la Bourse du Talent en 2002, le World Press-Photo en 2007. La série « les Absents » a obtenu le fonds d’aide à la création photographique contemporaine du CNAP ainsi que le prix de la SCAM / Roger Pic 2013 et le Prix Neuflize OBC en 2016.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)