Les Amis d’Al-Rowwad

Raconte-moi la Nakba

Réalisation : Caroline Carpentier et Murad Abusrour, Traduction : Kholod Ayyad

Un enfant demande à sa grand-mère de lui raconter la Nakba. L’idée de ce documentaire était de parler de la Nakba à travers une personne et d’illustrer le processus social du partage de la mémoire : identité des générations futures.

Raconte-moi la Nakba est un docu-fiction de 25 minutes. Ce documentaire fait parti d’un projet d’histoire orale initié au sein du Centre Culturel Al Rowwad. Le but du projet était d’enregistrer l’expérience et la mémoire des réfugiés du camp Aïda, avant, pendant et après la Catastrophe. L’histoire orale est une manière d’interroger des personnes qui ont étaient témoins d’un évènement. Cette méthode est utilisée pour reconstruire des faits et pour permettre à des gens ordinaires de raconter leur propre histoire.

Ce film a été réalisé sous un angle original car deux générations différentes s’y confrontent. La grand-mère et l’histoire qu’elle raconte représentent le passé, tandis que l’enfant et les images qui entrecoupent le dialogue représentent le présent. Cette combinaison a été choisie dans le but de montrer que ce passé, cette histoire existent, ils sont toujours d’actualité et le présent ne cesse de nous le rappeler.

Le film a été tourné en 2008, année de commémoration de 60 ans d’histoire oubliée. Ces quelques images veulent, avec simplicité, témoigner de l’existence de la Palestine à travers la richesse de sa culture et de son histoire.

Ce projet a pu aboutir grâce à la généreuse collaboration de Kholod Ayyad et Murad Abusrour, deux personnes qui vivent ou ont vécu dans le camp de réfugiés Aïda à Bethléem.

 

{{Producteur :}} Centre Culturel Al Rowwad, camp de réfugiés Aïda, Bethléem
{{Durée : }} 25 mn
{{Langue(s) :}} Arabe
{{Sous titrage :}} Français, Anglais


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)