Les Amis d’Al-Rowwad

REFLETS SUR UN MUR BLANC

Adania Shibli

Dans un village palestinien à l’intérieur des frontières
d’Israël, un village sans nom où rodent l’ennui
et l’ordinaire, une jeune fille grandit au milieu de huit sœurs
rudes et distantes, d’une mère malheureuse et d’un
père infidèle et avec le souvenir d’un frère
mort. Solitaire, elle fraie son chemin à tâtons, les sens
à l’affût, effleurant les aspérités,
les failles, les détours du quotidien, explorant sans relâche
le silence qui l’isole.

Reflets sur un mur blanc est un roman prismatique, un jeu d’angles
et de miroirs où se construit par petites touches l’image
d’un monde à la fois étrange et familier.

Un texte emblématique d’une nouvelle écriture palestinienne
s’éloignant de l’histoire collective pour observer
l’intimité et l’instantanéité des choses
de la vie.

Scénariste et écrivain Adania Shibli est née
en 1974. Plusieurs de ses nouvelles et textes courts pont été
traduits en français et en anglais. Reflets sur un mur blanc
est son premier roman. Il a reçu en 2001 le prix de la Fondation
Abdel-Mobsen Qattan (Londres).

Editions ACTES SUD

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)