Les Amis d’Al-Rowwad

REFLETS SUR UN MUR BLANC

Adania Shibli

Dans un village palestinien à l’intérieur des frontières
d’Israël, un village sans nom où rodent l’ennui
et l’ordinaire, une jeune fille grandit au milieu de huit sœurs
rudes et distantes, d’une mère malheureuse et d’un
père infidèle et avec le souvenir d’un frère
mort. Solitaire, elle fraie son chemin à tâtons, les sens
à l’affût, effleurant les aspérités,
les failles, les détours du quotidien, explorant sans relâche
le silence qui l’isole.

Reflets sur un mur blanc est un roman prismatique, un jeu d’angles
et de miroirs où se construit par petites touches l’image
d’un monde à la fois étrange et familier.

Un texte emblématique d’une nouvelle écriture palestinienne
s’éloignant de l’histoire collective pour observer
l’intimité et l’instantanéité des choses
de la vie.

Scénariste et écrivain Adania Shibli est née
en 1974. Plusieurs de ses nouvelles et textes courts pont été
traduits en français et en anglais. Reflets sur un mur blanc
est son premier roman. Il a reçu en 2001 le prix de la Fondation
Abdel-Mobsen Qattan (Londres).

Editions ACTES SUD

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)