Les Amis d’Al-Rowwad

REFLETS SUR UN MUR BLANC

Adania Shibli

Dans un village palestinien à l’intérieur des frontières
d’Israël, un village sans nom où rodent l’ennui
et l’ordinaire, une jeune fille grandit au milieu de huit sœurs
rudes et distantes, d’une mère malheureuse et d’un
père infidèle et avec le souvenir d’un frère
mort. Solitaire, elle fraie son chemin à tâtons, les sens
à l’affût, effleurant les aspérités,
les failles, les détours du quotidien, explorant sans relâche
le silence qui l’isole.

Reflets sur un mur blanc est un roman prismatique, un jeu d’angles
et de miroirs où se construit par petites touches l’image
d’un monde à la fois étrange et familier.

Un texte emblématique d’une nouvelle écriture palestinienne
s’éloignant de l’histoire collective pour observer
l’intimité et l’instantanéité des choses
de la vie.

Scénariste et écrivain Adania Shibli est née
en 1974. Plusieurs de ses nouvelles et textes courts pont été
traduits en français et en anglais. Reflets sur un mur blanc
est son premier roman. Il a reçu en 2001 le prix de la Fondation
Abdel-Mobsen Qattan (Londres).

Editions ACTES SUD

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un petit bout de Palestine en France !

    Marhaba !
    Ici, vous pourrez découvrir la cuisine palestinienne.
    Une façon pour moi de promouvoir la culture de mon pays d’origine et vous d’y goûter !

  • Il ne m’a fallu que 16 minutes pour apprendre ce que cela signifie d’être une musulmane américaine en visite à Jérusalem

    Alors que ma sœur aînée tenait son passeport américain pour se protéger et se faisait menotter par une femme soldat israélienne, son assaillant a prononcé six mots qui lui disaient que le document bleu marine ne lui serait d’aucune utilité : « Je me fiche de tes papiers d’identité ». Les paroles du soldat en disent long sur ce que signifie être un Américain au patrimoine musulman ou arabe en visite à Jérusalem aujourd’hui. Il ne nous a fallu que 16 minutes pour bien comprendre la situation.
    ’Il ne m’a (...)

  • La campagne BDS n’est pas antisémite : arrêt de la Cour supérieure administrative de Basse-Saxe

    La campagne BDS n’est pas antisémite vient de juger la Cour supérieure administrative de Basse-Saxe. Le magistrat Ghislain Poissonnier analyse cette décision.
    "Le 11 février 2019, un habitant de la ville allemande d’Oldenburg - une ville de Basse-Saxe d’environ 160.000 habitants - dépose à la mairie une demande visant à l’autoriser à utiliser une salle municipale pour y organiser un évènement dans le cadre de la semaine contre l’apartheid israélien (Israeli Apartheid Week), qui a lieu chaque année dans (...)