Les Amis d’Al-Rowwad

Poème : Nous aimons la vie

Nous aimons la vie par Ziad Medoukh

Ô soldats occupants,
Ô colons agresseurs,
Ô sanguinaires apatrides,
Vous qui vous avez occupé notre pays,
Volé notre terre
Et humilié notre peuple
Par des orgies de punitions collectives,
Par des agressions et des crimes quotidiens
Partez !

Vous qui êtes élevés dans la haine et la violence,
Vous tuez de sang froid nos gosses lanceurs de cailloux,
Vous brûlez sans foi ni loi nos bébés dans leurs lits,
Vous attaquez brutalement nos lieux saints,
Vous encerclez nos villages et nos champs,
Vous détruisez nos maisons et vous arrachez nos arbres
Mais votre sentiment de domination n’est qu’illusion.

Plus qu’une pierre dans la main de nos enfants,
Vous craignez le sourire de nos martyrs.
La beauté de leur cœur
Vous met à genoux
Ainsi que le cri de leur souffrance,
Le cri de leur révolte et de leur dignité.
Vous aurez beau déployer toutes vos mesures
Et vos forces obscures
Sachez que toutes vos armes, à vous les génocidaires,
Ne nous rendront pas moins déterminés.

Vous ne savez pas que la résistance est palestinienne,
Que cette résistance ne peut que vaincre
Parce qu’elle est noble,
Vous ne savez pas que nous ne renoncerons pas
Et continuerons de nous battre,
Jusqu’au dernier souffle,
Vous ne savez pas que notre cause
Est une cause pour chaque révolutionnaire,
Un symbole d’émancipation pour tous les peuples.

Vous, les passants parmi nous ,
Vous, les racistes extrémistes,
Vous, les méprisants du droit international,
Arrêtez de jouer les victimes
Avec vos représailles sanglantes,
Vos exactions et vos meurtres.
Prenez tout et partez.
Prenez nos sables , nos pierres , les flots de notre sang
et vos mauvais souvenirs,
Dégagez !

Il est temps que vous partiez.
Assez de violence, assez de sang.
Sortez de notre terre, de notre mer.
Quittez nos villes et nos vergers.
Nos racines, c’est ici.
Nous ne partirons pas.

Laissez-nous notre présent et notre avenir
Et allez-vous en !
Vous ne savez pas
Combien nous adorons la liberté,
Combien nous aimons la vie,
Combien nous luttons pour elle,
Pour une vie digne.
C’est à nous de vivre comme nous le voulons
Dans l’espérance d’une paix réelle,
Pas une paix sous occupation,
Ni une paix sous colonisation,
Mais une paix dans la justice.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)

  • "RSF, sans foi ni loi", par Jacques-Marie Bourget

    Le 21 octobre 2000, à Ramallah, tandis qu’une balle de M16 israélien volait avec ardeur vers mon poumon gauche, j’ai eu le temps de me dire : « Bon, je vais au tapis mais, merci le diable et Robert Ménard, Reporters Sans Frontières sera là pour me relever ». En cas de malheur, quand vous êtes journaliste, « correspondant de guerre » comme ils disent, vous êtes imprégné, instruit du total support que vous pouvez attendre de l’ONG sans frontières. Très mal en point mais même pas mort, j’ai pu constater (...)