Les Amis d’Al-Rowwad

Nous ne nous réfugierons pas dans la haine ou la vengeance.

Notre cousin, Ahmad Ibrahim Abusrour, a perdu son fils Srour, 21 ans, étudiant, après qu’il ait été touché au cœur par le tir d’un snipper sioniste. Il est mort sur le coup. Ahmad a été emprisonné par l’occupant sioniste en 1967. Il a été libéré en 1985 à l’occasion d’un échange de prisonniers. Pendant toutes ses années d’emprisonnement, il a refusé d’être libéré en dehors de la Palestine. Il a choisi de rester prisonnier aussi longtemps qu’il ne pourrait être libéré dans son cher pays, la Palestine. Il est simple, honnête, un être humain. Il pratique la religion musulmane. Il n’a pas tiré avantage de son histoire pour bénéficier d’une position dans l’Autorité palestinienne. Il a choisi de travailler de ses mains, d’élever ses fils (il n’a pas eu de filles) et de les éduquer. De leur donner toutes les raisons de vivre, et non de mourir. C’est douloureux pour moi de voir les larmes dans ses yeux, ceux de sa femme, de nous tous. C’est douloureux pour moi de voir Srour, ce jeune homme, porté sur les épaules pour être enterré, au lieu que ce soit lui qui nous porte à notre tombe. C’est très douloureux lorsque j’entends des gens dire : tu devrais être fier qu’il soit mort en martyr, c’est un héros, il est ceci et cela… C’est douloureux quand on voit ses amis, ses frères, ses cousins cacher leurs larmes et si des enfants laissent voir leurs larmes, les aînés leur dire : sois un homme, ne pleure pas.
Nous ne sommes pas des super-héros. Nous sommes des êtres humains. Et nous avons le droit de pleurer et d’avoir les yeux plein de larmes. Srour a été tué par un lâche sioniste, un sniper, non pas parce qu’il était sur un champ de bataille. Il n’était pas un soldat, il n’était pas un combattant armé, il n’était pas un danger pour le plus grand système d’apartheid existant, qui insuffle la haine et la violence. Il était étudiant, rentrant de l’université après avoir fait son inscription pour son 2è semestre. Il n’avait pas prévu de mourir. Srour était un étudiant, l’un des 3 cadets parmi les 5 frères et la souffrance de ses parents et de ses frères est immense. Si encore cela arrangeait les choses qu’il ait été tué injustement, qu’il soit un martyr, qu’il ait aimé son pays, mais cela ne soulage aucun parent du monde d’avoir perdu son enfant et de l’enterrer. Que son âme trouve la liberté et la paix dont il a été privé de son vivant. Puissent ses parents trouver paix et patience face à cette immense perte. Puissent les familles de ces jeunes et enfants exécutés par une société de bandits dont l’existence est basée sur la terreur, le chantage, l’intimidation, trouver paix, patience et sagesse. Malgré la terreur, le racisme, la haine et l’injustice à l’encontre de chaque Palestinien. Nous revendiquons l’art de vivre, la dignité, l’amour et l’humanité.
Nous ne nous réfugierons pas dans la haine ou la vengeance.
Abdelfattah Abusrour, Aïda, janvier 2016.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un poète palestinien choisi pour être le symbole de la culture arabe en 2018

    Le très regretté poète palestinien Mahmoud Darwish a été choisi pour être le symbole de la culture arabe en 2018, rapporte vendredi l’agence de presse Safa. La décision a été prise par le Comité Permanent pour la Culture Arabe, qui s’est réuni dans la ville marocaine de Casablanca afin de présenter sa vision des activités culturelles arabes.
    Le vice-président du Comité, Jad Izzat Al-Ghazzawi, a insisté sur le besoin de prendre en considération le patrimoine de Jérusalem, ainsi que le patrimoine (...)

  • La réponse palestinienne à l’annonce des États-Unis de la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël

    La nouvelle vient de paraître que le président Trump prévoit de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et qu’il annoncerait sa décision demain.
    Alors que nous attendons l’annonce officielle, nous imaginons déjà les potentielles répercussions. Toutes les factions palestiniennes ont appelé à des journées de protestations de masse.
    Le Comité National BDS palestinien (BNC), la plus grande coalition de la société civile palestinienne, dirige le mouvement mondial de BDS pour les droits des Palestiniens, (...)

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)