Les Amis d’Al-Rowwad

Nous ne nous réfugierons pas dans la haine ou la vengeance.

Notre cousin, Ahmad Ibrahim Abusrour, a perdu son fils Srour, 21 ans, étudiant, après qu’il ait été touché au cœur par le tir d’un snipper sioniste. Il est mort sur le coup. Ahmad a été emprisonné par l’occupant sioniste en 1967. Il a été libéré en 1985 à l’occasion d’un échange de prisonniers. Pendant toutes ses années d’emprisonnement, il a refusé d’être libéré en dehors de la Palestine. Il a choisi de rester prisonnier aussi longtemps qu’il ne pourrait être libéré dans son cher pays, la Palestine. Il est simple, honnête, un être humain. Il pratique la religion musulmane. Il n’a pas tiré avantage de son histoire pour bénéficier d’une position dans l’Autorité palestinienne. Il a choisi de travailler de ses mains, d’élever ses fils (il n’a pas eu de filles) et de les éduquer. De leur donner toutes les raisons de vivre, et non de mourir. C’est douloureux pour moi de voir les larmes dans ses yeux, ceux de sa femme, de nous tous. C’est douloureux pour moi de voir Srour, ce jeune homme, porté sur les épaules pour être enterré, au lieu que ce soit lui qui nous porte à notre tombe. C’est très douloureux lorsque j’entends des gens dire : tu devrais être fier qu’il soit mort en martyr, c’est un héros, il est ceci et cela… C’est douloureux quand on voit ses amis, ses frères, ses cousins cacher leurs larmes et si des enfants laissent voir leurs larmes, les aînés leur dire : sois un homme, ne pleure pas.
Nous ne sommes pas des super-héros. Nous sommes des êtres humains. Et nous avons le droit de pleurer et d’avoir les yeux plein de larmes. Srour a été tué par un lâche sioniste, un sniper, non pas parce qu’il était sur un champ de bataille. Il n’était pas un soldat, il n’était pas un combattant armé, il n’était pas un danger pour le plus grand système d’apartheid existant, qui insuffle la haine et la violence. Il était étudiant, rentrant de l’université après avoir fait son inscription pour son 2è semestre. Il n’avait pas prévu de mourir. Srour était un étudiant, l’un des 3 cadets parmi les 5 frères et la souffrance de ses parents et de ses frères est immense. Si encore cela arrangeait les choses qu’il ait été tué injustement, qu’il soit un martyr, qu’il ait aimé son pays, mais cela ne soulage aucun parent du monde d’avoir perdu son enfant et de l’enterrer. Que son âme trouve la liberté et la paix dont il a été privé de son vivant. Puissent ses parents trouver paix et patience face à cette immense perte. Puissent les familles de ces jeunes et enfants exécutés par une société de bandits dont l’existence est basée sur la terreur, le chantage, l’intimidation, trouver paix, patience et sagesse. Malgré la terreur, le racisme, la haine et l’injustice à l’encontre de chaque Palestinien. Nous revendiquons l’art de vivre, la dignité, l’amour et l’humanité.
Nous ne nous réfugierons pas dans la haine ou la vengeance.
Abdelfattah Abusrour, Aïda, janvier 2016.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)