Les Amis d’Al-Rowwad

Naplouse sous les bombes

Les chars, bulldozers et soldats tirent sur ce qui reste de la Mokataa de Naplouse depuis hier mercredi, peu après l’aube. Le lieu est un bâtiment massif de l’époque du mandat britannique, déjà bombardé par des F 16 au début de l’intifada.
Il est détruit à 70 %. Dans une aile encore intacte, il abrite la prison civile de Naplouse, les bureaux du ministère de la santé, le service des passeports pour tout le nord de la Cisjordanie et les bureaux de la police Palestinienne.

En cette journée de mercredi l’armée israélienne s’acharne à détruire le tout sous ses occupants, 250 policiers et détenus sont sortis nus des bâtiments et renvoyés dans des voitures cellulaires.

Un détenu de droit commun a préféré s’immoler par le feu de peur d être pris par les israéliens. Plusieurs résistants sont toujours dans les ruines du bâtiment refusant de se rendre. On compte 5 morts dont un jeune détenu (26 ans) et 65 blessés. Même les journalistes et les équipes médicales ont reçu une salve de balles en caoutchouc.

Aujourd’hui (jeudi 20 juillet, 10h du matin) les tirs continuent et les israéliens menacent de faire intervenir des F16. Des centaines de jeunes sifflent, crient et jettent des pierres contre les chars.

Partout les gens répètent « A quand la démission du président et la dissolution de l’autorité Palestinienne, pour que la communauté internationale sache une fois pour toute, que Naplouse, Hébron, Jenin et la Cisjordanie sont des territoires où les israéliens sont une force d’occupation, sans limite, le roi est nu maintenant ».

Quant à moi, je passe ma journée à maudire les états arabes pour leurs silences et complicités avec l’occupation ici, à Beyrouth et à Bagdad - vivement qu’on occupe ces lieux de honte que sont devenus les bureaux de la ligue arabe : Rabat, Paris, le Caire.

Un jeune Palestinien connaissant mes origines Marocaines me dit « Le roi du Maroc, président du Comité Al Quods est silencieux », et moi je lui réponds que je n’ai pas d’autre roi que ceux qui résistent sous les décombres de la Moukataa et des quartiers et villages du Liban.

En fait, majesté des mouches, quand dégageras-tu de la présidence de ce comité qui salit le nom de Jérusalem ??

Haji Youssef
Naplouse le jeudi 20 juillet 2006.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de rania talala , traiteur palestinienne , à Cyril lignac suite au "voyage culinaire " du sieur en Israël ...

    Cher Cyril Lignac,
    Je t’écris car depuis deux jours, on ne cesse de m’interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.
    Je m’appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.
    Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo.
    Soit. J’apprécie ton travail et ton (...)

  • "Jérusalem vit" : la première exposition du musée palestinien

    La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres reliant à la ville sacrée de Jérusalem lors d’une séance réservée à la presse. L’exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit. Dans l’une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récrée grâce à des photographies panoramiques qui s’étalent sur les quatre murs, plaçant également le (...)

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)