Les Amis d’Al-Rowwad

« Jerusalem Hotel » : un nouveau recueil de poèmes sur la Palestine

Dans sa correspondance avec S. Freud, Albert Einstein a écrit : « Tout ce qui travaille pour la culture travaille aussi contre la guerre. » À quoi peut bien travailler un poète après avoir sillonné durant 4 années la Palestine, les villes de 48 et la Cisjordanie et en être revenu selon ses propres termes « … avec une colère immense, incommensurable… » ?

C’est ce que nous vous proposons de découvrir à travers cette nouvelle parution : plus de 70 poèmes qui invitent à l’évasion, restituant l’atmosphère tendue de lieux dont il nous rappelle la situation actuelle lorsqu’il passe par Jérusalem-Est, les checkpoints ou encore Hébron ; celle d’un pays meurtri et blessé par une occupation impitoyable, restant « terrassé par tant de vaine beauté ».

L’opus, d’une indéniable qualité littéraire, nous emmène sur ces chemins séculaires inlassablement parcourus pour en saisir les parfums et les ambiances, chanter la beauté âpre des paysages, évoquer des rencontres pleines d’humanité dans les villes traversées ou encore nous restituer le doux et lancinant murmure des confidences amoureuses.

Avec une vision d’une grande acuité, le poète revient invariablement à ce « formidable souffle de vie » qui caractérise la résilience et la ténacité des femmes et des hommes de ce pays : les Palestiniens !

Et c’est ainsi que Philippe Guiguet-Bologne rappelle à qui veut l’entendre (p.77) :

[…] Stèles brisées et disséminées aux foulées des passants
Maudissant ces ruines toujours exhumées
Encore échos du rugissement des lions antiques
Rappellent à qui veut taire le vocable
Que là a toujours été Palestine

(Jérusalem, cimetière Mamilla)

Le recueil « Jerusalem Hotel » est en offre de lancement jusqu’au 31 décembre 2016, frais de port offerts (tous pays accessibles par service postal). Il est disponible également ici.
Pour les personnes intéressées et les commandes groupées au nom d’une association (avec remise), écrivez à : editions@scribest.fr ou appelez le (+33) 03 88 33 77 03.

Pour toute autre question, n’hésitez pas à nous contacter.

SCRIBEST | éditions
Tél. : 03 88 33 77 03
Fax : 03 88 81 46 98
Visitez notre site :
www.scribest.fr

Philippe Guiguet-Bologne dirigé l’Institut français de Ramallah entre 2007 et 2011, période durant laquelle la coopération entre ce centre et les institutions culturelles palestiniennes a été particulièrement dense et dynamique. Avec l’aide de son équipe, il a notamment mis en place des cours de langue française, libres d’accès, dans les camps de réfugiés de la région.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de rania talala , traiteur palestinienne , à Cyril lignac suite au "voyage culinaire " du sieur en Israël ...

    Cher Cyril Lignac,
    Je t’écris car depuis deux jours, on ne cesse de m’interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.
    Je m’appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.
    Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo.
    Soit. J’apprécie ton travail et ton (...)

  • "Jérusalem vit" : la première exposition du musée palestinien

    La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres reliant à la ville sacrée de Jérusalem lors d’une séance réservée à la presse. L’exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit. Dans l’une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récrée grâce à des photographies panoramiques qui s’étalent sur les quatre murs, plaçant également le (...)

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)