Les Amis d’Al-Rowwad

L’antisémitisme sioniste a encore voulu frapper ! Récit d’un après-midi très particulier.

Le lundi après-midi 2 mars, je reçois d’abord un coup de fil prétendument du commissariat du 17ème arrondissement de Paris, me sommant de venir signer une plainte déposée contre moi. Je refuse : si une plainte est déposée contre moi, qu’elle me soit envoyée par la poste !

Il m’est alors répondu que la police allait venir me remettre la plainte chez moi.
Une heure après, la police débarque, se poste devant mon immeuble, en interdit l’accès aux habitants et visiteurs, et boucle le quartier. Les gens présents s’inquiètent, certain-e-s ami-e-s du quartier téléphonent chez moi pour essayer de comprendre. Ainsi un voisin de palier signale que sa femme lui a téléphoné à son travail pour lui dire qu’elle ne peut pas pénétrer dans l’immeuble. Mon épouse ouvre la porte pour descendre au rez-de-chaussée, et surprise … : une demi-douzaine de policiers postés dans l’escalier, casqués et protégés par un bouclier, pointent leur arme vers notre domicile !

Il apparait alors un responsable de police qui rentre chez nous et a l’air de constater avec satisfaction que l’appartement est occupé par deux paisibles retraités, mon épouse et moi.

Après avoir posé quelques questions, ce responsable m’informe que j’ai été probablement « victime d’un canular visant des personnes appartenant à la communauté israélite. »

Puis divers responsables de police sont arrivés progressivement chez moi, soit presqu’une dizaine !

Ils m’ont révélé qu’un certain Jean-Guy Greilsamer avait téléphoné à la police en déclarant qu’il venait de tuer sa femme et en menaçant de tuer ses enfants si la police vient chez lui !

J’ai alors pensé à un individu ultra-sioniste et très agressif qui depuis Israël a utilisé le même mode opératoire contre diverses personnes soucieuses d’informer le public sur la situation du peuple palestinien, ou des personnalités prenant quelques distances avec des autorités israéliennes. Cet individu a aussi visé un journaliste du site Rue89, ce qui s’était conclu par la mort par arrêt cardiaque du père du journaliste.
Pendant que la police était chez moi, l’individu continuait de lui téléphoner, lui annonçant qu’une personne du second étage venait d’avoir une crise cardiaque ; le SAMU a alors débarqué.

Mon épouse et moi avons dû faire une déposition à un commissariat du 18ème arrondissement qui est spécialisé dans le traitement des drames internes aux couples (crimes, etc).

J’y ai alors déposé plainte.

En arrivant au rez-de-chaussée de notre immeuble pour nous rendre au commissariat, c’était hallucinant de constater le rassemblement de policiers et de gens du SAMU.
Il va sans dire que toute cette affaire a impressionné et inquiété les habitants présents dans l’immeuble.

Merci à l’auteur du « canular » d’avoir révélé la nature antisémite de son comportement !

Des voisins ont bien commenté la situation en affirmant tout naturellement que son geste et ses intentions à l’égard d’un militant juif pour une paix juste entre Juifs israéliens et Palestiniens sont antisémites.

Merci à lui de m’avoir permis de réunir chez moi, autour d’un apéritif, les voisins touchés par ce spectaculaire remue-ménages et de pouvoir ainsi échanger avec eux sur les fondements et les exactions de l’actuelle politique israélienne, sur la situation que subit le peuple palestinien, et sur la nécessaire mobilisation citoyenne contre l’impunité de d’Etat d’Israël.

Et il serait souhaitable que la police et la Justice se donnent les moyens de sanctionner l’auteur de ces menaces, qui a suscité des réactions ayant généré des dépenses publiques phénoménales, aux frais des contribuables !

Les pouvoirs publics infligent parfois de lourdes amendes pour de petits délits, mais là, c’est vraiment sans commune mesure !

Paris, le 4 mars 2015

Jean-Guy Greilsamer, co-président de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)