Les Amis d’Al-Rowwad

Invasion militaire du camp de réfugiés et destruction d’arbres dans le cimetière

Mercredi 6 juin , l’armée israélienne est rentrée dans le camp de réfugiés de Aida. les soldats rentrent souvent la nuit, mais cela faisait longtemps qu’ils n’etaient pas venus de jour. les soldats ont fermé la zone autour du cimetière de Aida, empêchant les journalistes et photographes d’entrer le cimetiere où des soldats avaient commencé à couper des arbres, essentiellement des vieux pins. Le but est de construire une zone de "sécurité" autour de la tombe de Rachel. Est-ce le signe de constructions nouvelles autour de la tombe ?

Il est à craindre en effet que les Israeliens vont commencer à construire une ecole religieuse juive et laisser des colons s’installer.

Les jeeps militaires, avec l’intention très claire de provoquer les jeunes palestiniens ; ont stationné toute la journée dans le camp, rentrant et ressortant sans cesse, en attendant les confrontations.

Ils ont alors utilisé des gaz lacrymogènes, et en fin de journée, ils ont pris deux jeunes, un de 19 ans et un de 16 ans. L’étau autour du camp, comme des Palestiniens, est en train de se resserrer.


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)