Les Amis d’Al-Rowwad

Dix mille amants

Au-delà de la magnifique histoire d’amour qu’elle nous offre, Edeet Ravel dresse un tableau juste et nuancé de la société israélienne dans ses rapports complexes avec l’Autre palestinien. L’auteur tresse la maille de son récit en entrecroisant trois fils, et deux temps : d’une part, celui de Lily adulte qui écrit dans sa maison londonienne et mêle à son récit une recherche étymologique passionnante sur la manière dont l’hébreu moderne s’accommode de la langue hébraïque de la Bible, et sur les implications fondamentales que cette transposition a sur le psyché israélien ; et d’autre part, celui de Lily, jeune étudiante de 20 ans à l’université de Jérusalem : née dans un kibboutz, elle a grandi au Canada et revient faire ses études supérieures en Israël.

Un matin, alors qu’elle cherche à rejoindre Tel-Aviv, elle est prise en auto-stop par Ami. Commence alors une relation passionnée dont le cœur bat au rythme des troubles et questions suscités par la profession d’Ami : il travaille pour l’armée israélienne en tant qu’interrogateur. D’abord révulsée par cette découverte qui correspond bien peu à ce qu’elle connaît d’Ami, Lily comprend peu à peu que, grâce à sa finesse psychologique et à son humanité, Ami a développé des méthodes particulières, non-violentes, qui, tout en faisant de lui le meilleur interrogateur de l’armée, rendent aux prisonniers un semblant de dignité. Jusqu’à ce que le gouffre qui s’élargit entre ses convictions et son action, le mène à la démission...

La tension continuelle qui les déchire tous deux, entre leur loyauté patriotique et leurs sympathies palestiniennes, constitue la colonne vertébrale de ce roman dont les nuances offrent un point de vue juste et loin de tout simplisme sur les questions d’ordre ontologique qui minent la société israélienne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

    Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !
    Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.
    Sans le moindre (...)

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)