Les Amis d’Al-Rowwad

Bilan du Théâtre de la Liberté

Au terme d’un an de préparatifs, cette tournée est la concrétisation de l’invitation faite à la jeune troupe palestinienne par les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine (ATL Jénine) et l’aboutissement du projet Liberthéâtre.

Lors du pot d’accueil convivial à Paris le 18 avril, nous avons enfin fait connaissance avec quatre garçons encore intimidés et cinq filles communicatives, leur metteur en scène Nabeel Al Raee et leurs deux encadrants Mei et Jamal, délégation complétée par l’un des fondateurs du théâtre et par la prospectrice de fonds, tous deux volontaires internationaux. Agés de 11 à 16 ans, nos jeunes invités ont expliqué leurs motivations : le théâtre comme futur métier, ou formation à la vie d’adulte impliqué dans la société de leur pays, ou simple loisir.

Toulouse (19-25 avril)

Rappelons que Toulouse est à l’origine de Liberthéâtre : projet qui a été initié puis porté par Chantal Sarraméa, membre d’ATL Jénine et animatrice d’un atelier de théâtre au collège Bellefontaine du Mirail, par le professeur de français de la classe de 6ème passerelle, Joëlle Franchi, ainsi que le Principal et l’équipe pédagogique, et par le directeur du Centre d’Animation des Chamois Hatem Ben Ismaïl. Depuis l’automne 2008 les jeunes de Toulouse ont préparé eux-mêmes une pièce et la rencontre avec les jeunes de Jénine. Les difficultés de communication avec la Palestine n’ont pas découragé les énergies, et les préparatifs techniques ont été menés à bien malgré les obstacles créés par l’éloignement.

Le double partenariat avec le collège Bellefontaine et le Centre d’Animation des Chamois a bien fonctionné. Du 19 au 25 avril, des liens chaleureux se sont créés entre les jeunes de Toulouse et les jeunes Palestiniens, au cours des jeux collectifs, des repas et des rencontres chez les familles. Ils souhaitent se revoir. Le programme comportait aussi une invitation de la Mairie de Toulouse et plusieurs autres visites dont le Théâtre du Capitole et la Cité de l’Espace. Le jeudi 23 avril, une projection du film « Les enfants d’Arna » en présence d’animateurs du Théâtre de la Liberté (Freedom Theatre) a permis de retracer le chemin qui a conduit du « Stone Theatre » créé par Arna Mer lors de la première intifada au théâtre actuel ; les activités du Freedom Theatre ont été évoquées aussi.

Lors de 3 représentations (une en après-midi et 2 en soirées), les jeunes de Bellefontaine ont joué leur pièce la Fée Lé Lé (créée et mise en scène par Chantal Sarraméa), ceux du Centre d’Animation ont présenté un spectacle de danse hip hop et ceux de Jénine « La flûte magique » (réalisée et mise en scène par Nabeel Al Raee). Ces 3 représentations ont réuni une assistance enthousiaste et de plus en plus nombreuse. Très gros succès de la dernière représentation, salle comble, public de milieux populaire drainé particulièrement par le Centre des Chamois et par le collège Bellefontaine, beaucoup de jeunes et de familles immigrées qui, connaissant l’arabe, applaudissaient avant l’apparition des sous-titres. A la fin du spectacle les jeunes de Jénine sont apparus avec le drapeau palestinien. Cette ultime soirée a été une consécration du partenariat avec le collège Bellefontaine et le Centre des Chamois. Tous les efforts déployés pendant l’année pour la réussite de Liberthéâtre ont été couronnés par ce succès.

Lorsque les jeunes Palestiniens et Toulousains montaient ensemble sur scène pour l’ovation finale, ils présentaient l’image d’une jeunesse unie pour un monde sans murs et sans discriminations, un monde pour l’égalité, la justice et la liberté.

Région nantaise (25-27 avril)

La troupe du Freedom Theatre était invitée, ainsi que d’autres groupes palestiniens, à Grandchamp des Fontaines par l’Association France Palestine Solidarité de Loire Atlantique dans le cadre de l’officialisation d’un partenariat du canton de La Chapelle-sur-Erdre / Treillières avec le camp de réfugiés de Jénine. Les jeunes ont découvert la mer que la plupart n’avaient jamais pu voir bien que la Méditerranée ne soit qu’à quelques dizaines de kilomètres de chez eux et ils ont été logés chez des familles.

La représentation de la « Flûte magique » a recueilli un grand succès, suivie par un débat puis une soirée conviviale. De nombreux DVD du film « les Enfants d’Arna » ont été vendus.

Le public d’au moins 250 personnes était composé d’habitants de petites communes de la campagne nantaise et de militants associatifs qui ont admiré le jeu d’acteurs des jeunes.

Un spectateur demandant si les personnages de la pièce font référence à la situation en Palestine, des échanges vifs et contradictoires sur la situation actuelle et les perspectives face à l’Etat d’Israël se sont engagés entre les Palestiniens présents. Le public a apprécié, préférant comprendre les tensions plutôt que de subir un unanimisme de façade.

ATL Jénine a rappelé qu’en tant qu’association intervenant dans le domaine de la culture elle soutient la libre expression des points de vue et qu’elle apprécie que le public français connaisse la réalité des questions internes au peuple palestinien.

 

Région parisienne (27 avril-2 mai)

Les 3 représentations en région parisienne ont été un franc succès : nous avons rempli intégralement les 3 salles, soit 700 personnes au total, et avons même refusé du monde.

A la salle Jean Dame, petite intervention de bienvenue de Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement puis allocution de Peter Brook entouré par les enfants qui a délivré un message rappelant la mémoire d’Arna. Au cours du débat, des enfants dans la salle ont posé des questions à ceux de Jénine, particulièrement sur leurs conditions de vie.

Au Centre Culturel Algérien (CCA), Yasmina Kahdra et Hind Khoury ont été représentés et le CCA a organisé une collation. Le lendemain la Délégation de la Palestine en France a reçu la troupe pour un repas et un échange sympathique dans ses locaux.

A Aubervilliers, les enfants ont été reçus pour un goûter par le collège-lycée Réussite, établissement privé musulman. Le soir, les interventions d’Etienne Balibar et de Jack Ralite ont porté sur la culture et la résistance par la culture.

Après chaque représentation le public - qui a admiré la qualité d’interprétation du spectacle - a posé des questions sur les conditions de travail de la troupe, sur les choix du metteur en scène, sur le contenu de la pièce, sur les activités du Théâtre de la Liberté, sur la perception de leur séjour par les enfants, sur leur vie quotidienne à Jénine et sur les rapports avec Israël. A chaque fois les enfants étaient contents de répondre avec les adultes du groupe et manifestaient leur dynamisme. Certains rappelaient leur séjour à Toulouse, au cours du duquel ils se sont liés avec des jeunes du collège Bellefontaine et du Centre d’Animation des Chamois dans le cadre du partenariat.

Comme média présents citons des équipes de tournage (dont celles de France 24 et Dubaï TV), des photographes professionnels, une journaliste de Télérama, des émissions à Radio Fréquence Paris Plurielle et Radio Libertaire.

Des visites touristiques ont permis aux jeunes acteurs de découvrir le quartier de Beaubourg, la Tour Eiffel et la nature au bois de Vincennes.

 

Conclusion

Le public a beaucoup apprécié le contact direct avec les jeunes Palestiniens, dont le dynamisme et la bonne humeur donnaient une autre image de la Palestine que l’image victimaire habituelle. Les jeunes ont découvert une société sans occupation militaire et notre monde très différent du leur. La confiance entre eux et nous grandissait au fil des jours. Leur départ, très digne, larmes au bord des yeux, nous a donné une grande envie de les revoir. Les rapports avec les accompagnateurs nous ont permis de mieux comprendre les multiplicités de points de vue qui traversent la société palestinienne. Des associations de plusieurs villes qui auraient aimé recevoir la troupe sont venues assister aux spectacles et ont confirmé leur souhait d’accueillir une tournée à l’avenir.

 

Le retour

Et dans quel état d’esprit sont-ils rentrés chez eux ? Juliano Mer Khamis, le directeur du théâtre, nous a écrit :
Les gosses et les adultes sont très déprimés et complètement anéantis ... Ils veulent revenir en France ... Ils veulent quitter l’école et aller à la plage ... ils veulent avoir la nationalité française et émigrer de Palestine... Mais ils veulent travailler très dur et être de bons garçons et filles à l’école et au Théâtre de la Liberté - et partir pour une nouvelle tournée en France ... Bilan : le séjour a été une expérience innovante et merveilleuse pour tous ... et nous vous félicitons pour cela ... vous avez fait un grand et très important travail pour la formation des enfants et pour le Théâtre de la Liberté.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de rania talala , traiteur palestinienne , à Cyril lignac suite au "voyage culinaire " du sieur en Israël ...

    Cher Cyril Lignac,
    Je t’écris car depuis deux jours, on ne cesse de m’interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.
    Je m’appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.
    Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo.
    Soit. J’apprécie ton travail et ton (...)

  • "Jérusalem vit" : la première exposition du musée palestinien

    La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres reliant à la ville sacrée de Jérusalem lors d’une séance réservée à la presse. L’exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit. Dans l’une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récrée grâce à des photographies panoramiques qui s’étalent sur les quatre murs, plaçant également le (...)

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)