Les Amis d’Al-Rowwad

20 juin : Et la crypte s’ouvrit ! ou quand un Keffieh sert de Sésame

Le quartier de Barbès où nous prenons en charge nos amis ne doit a priori pas trop les dépayser, étant donnée la proportion visible de population d’origine orientale.

Abed qui dirige le groupe pour les premiers jours me dit que le passage vers la Jordanie s’est fait sans trop de difficultés, les seuls problèmes étant une perte de décors et de chaussures, aléas de tournées a fortiori avec des enfants dans les conditions créées par l’occupation israélienne.

Nous basculons du paris populaire au paris noble en nous rendant à Suresnes, ville dont le maire UMP (réélu à 200 voix près lors des dernières élections) consens néanmoins à nous recevoir en mairie, discours plein de bonnes intentions, petits fours et photos sur les marches de la mairie.

Puis est lancée soudain l’idée de rendre hommage aux 1 200 victimes du nazisme fusillées au mont Valérien. Cela avait un petit air de visite à Auschwitz organisée par le père Shufani, le curé palestinien de Nazareth.

Nous nous plaçons sur les marches devant la flamme invitant au souvenir tout comme l’inscription gravée sur le mausolée de pierre en arc de cercle : nous prenons quelques photos, l’un des conseillers d’opposition de Suresnes qui nous ont accompagnés apporte quelques explications concernant le site ; les origines très différentes des victimes ; quand soudain apparaît un petit homme moustachu qui nous invite à nous lever, mais qui, mais intrigué par le port de Keffiehs de deux jeunes filles il s’informe de la composition du groupe et exprime tout de go sa connaissance de la problématique du conflit en nous faisant part de ses voyages en Palestine ; il revient derechef avec la clé de la crypte , ouverte normalement sur rendez-vous préalable, crypte ou reposent les corps de 16 soldats d’origine et de confession différentes, issus de différents corps d’armée. Il nous fait un rappel historique de la création du monument, nous fait admirer l’appel du 18 Juin 1940 et nous ouvre le saint des saints, à savoir le livre d’or de la crypte dont le dernier signataire n’est autre que le Président actuel.

Ce brave homme a droit à nos applaudissements pour sa gentillesse et nous rejoignons la salle paroissiale où nous attend un buffet. Confrontés à des problèmes techniques pour que nos jeunes puissent faire une première représentation de danse, Monther nous fait patienter avec des chants aux intonations bouleversantes, portés par une voix envoûtante.

La soirée se termine par la rencontre avec la Déléguée Générale de la Palestine en France Mme Hind Khoury. Demain nos jeunes artistes apprécieront sans aucun doute les accents de la Fête de la musique.

Elias - chauffeur
Membre de l’UJFP



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)