Les Amis d’Al-Rowwad

20 juin : Et la crypte s’ouvrit ! ou quand un Keffieh sert de Sésame

Le quartier de Barbès où nous prenons en charge nos amis ne doit a priori pas trop les dépayser, étant donnée la proportion visible de population d’origine orientale.

Abed qui dirige le groupe pour les premiers jours me dit que le passage vers la Jordanie s’est fait sans trop de difficultés, les seuls problèmes étant une perte de décors et de chaussures, aléas de tournées a fortiori avec des enfants dans les conditions créées par l’occupation israélienne.

Nous basculons du paris populaire au paris noble en nous rendant à Suresnes, ville dont le maire UMP (réélu à 200 voix près lors des dernières élections) consens néanmoins à nous recevoir en mairie, discours plein de bonnes intentions, petits fours et photos sur les marches de la mairie.

Puis est lancée soudain l’idée de rendre hommage aux 1 200 victimes du nazisme fusillées au mont Valérien. Cela avait un petit air de visite à Auschwitz organisée par le père Shufani, le curé palestinien de Nazareth.

Nous nous plaçons sur les marches devant la flamme invitant au souvenir tout comme l’inscription gravée sur le mausolée de pierre en arc de cercle : nous prenons quelques photos, l’un des conseillers d’opposition de Suresnes qui nous ont accompagnés apporte quelques explications concernant le site ; les origines très différentes des victimes ; quand soudain apparaît un petit homme moustachu qui nous invite à nous lever, mais qui, mais intrigué par le port de Keffiehs de deux jeunes filles il s’informe de la composition du groupe et exprime tout de go sa connaissance de la problématique du conflit en nous faisant part de ses voyages en Palestine ; il revient derechef avec la clé de la crypte , ouverte normalement sur rendez-vous préalable, crypte ou reposent les corps de 16 soldats d’origine et de confession différentes, issus de différents corps d’armée. Il nous fait un rappel historique de la création du monument, nous fait admirer l’appel du 18 Juin 1940 et nous ouvre le saint des saints, à savoir le livre d’or de la crypte dont le dernier signataire n’est autre que le Président actuel.

Ce brave homme a droit à nos applaudissements pour sa gentillesse et nous rejoignons la salle paroissiale où nous attend un buffet. Confrontés à des problèmes techniques pour que nos jeunes puissent faire une première représentation de danse, Monther nous fait patienter avec des chants aux intonations bouleversantes, portés par une voix envoûtante.

La soirée se termine par la rencontre avec la Déléguée Générale de la Palestine en France Mme Hind Khoury. Demain nos jeunes artistes apprécieront sans aucun doute les accents de la Fête de la musique.

Elias - chauffeur
Membre de l’UJFP



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)

  • Ségrégation géographique en Palestine : Google Maps épinglé

    Pourriez-vous imaginer que l’application Google Maps, sur votre propre smartphone, puisse vous mettre en danger ? Ou nier l’existence de votre ville, village ou même de votre pays ? Cela paraît inimaginable mais, pourtant, cela est bien réel.
    C’est ce que vient de démontrer l’ONG palestinienne 7amleh – Le centre arabe pour le développement des médias sociaux – dans son rapport publié mardi 18 septembre, intitulé « Ségrégation cartographique : Google Maps et les droits de l’homme des Palestiniens ». (...)

  • Nous avons perdu notre théâtre à Gaza

    Le théâtre ASHTAR condamne avec une grande rage et une profonde douleur l’attaque brutale de
    l’occupation israélienne sur le théâtre Al Mishal à Gaza, qui a réduit à zéro l’immeuble de six étages.
    Al Mishal était le siège du groupe de jeunes d’ASHTAR à Gaza depuis 2008. Il avait été le lieu de
    plusieurs productions du théâtre ASHTAR ; « Les Monologues de Gaza », « Roméo et Juliette à Gaza »,
    « Hanin », « Le Jardin des Fleurs », « Les Enfants d’Hercule » et beaucoup d’autres…
    Les atrocités de l’occupant se sont (...)