Les Amis d’Al-Rowwad

Le groupe “Les amis d’Al Rowwad 21“ Dijon

Le groupe “Les amis d’Al Rowwad 21“ a été constitué pour accueillir à Quetigny (Côte d’Or), lors d’une tournée internationale en 2008, les acteurs et danseurs du centre Al Rowwad du camp de réfugiés d’Aïda à Béthléem. Ils sont revenus en 2011 et nous sommes régulièrement en contact avec eux pour un projet de partenariat. En 2014, nous avons reçu, toujours à Quetigny, le “Yes Theatre“ d’Hébron.

A travers ces spectacles, ils nous ont raconté l’histoire de leur pays et nous ont ouvert les yeux sur la réalité de la colonisation. Nous avons découvert leur résistance pacifique en particulier par la culture et les arts.

Aller leur rendre visite à Aïda, à Hébron… découvrir leur vie au quotidien… ce désir est né rapidement. Au-delà de ces rencontres nous souhaitions également découvrir la Palestine et ses hauts lieux historiques, mais surtout rencontrer :
- différents acteurs du développement,
- des associations palestiniennes ou israéliennes, engagées dans la résistance pacifique,
- voir plus clair dans ce conflit,
- comprendre comment ils résistent depuis si longtemps,
- concrétiser notre projet de partenariat avec Aïda.

Grâce à l’agence palestinienne DIWAN, nous sommes donc partis, en mai et juin 2015, à 16 personnes pour 12 jours.
Nous n’avions pas prévu au départ de faire une restitution de notre voyage. Ce sont les associations rencontrées sur place qui ont insisté pour que nous témoignions.

FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)