Les Amis d’Al-Rowwad

Quarante jours dans le désert

Tribulations humaines, religieuses et politiques d’un falafel en Israël et Palestine.
27 février - 6 avril 2013
Un peu d’audace, beaucoup de chance et l’hospitalité de mes interlocuteurs m’ont permis de découvrir de l’intérieur les sociétés israéliennes et palestiniennes, dans toute leur diversité sociale, politique et religieuse. Préparant mon mémoire de sciences politiques, je n’ai eu de cesse d’interroger, et chercher à comprendre cette région fascinante et si complexe. C’est cette aventure humaine que, des taudis de Qalandia aux soirée disco de Bethléem et du kibboutz gauchiste à une colonie religieuse, je partage par les mots, la photo et le dessin.

La première édition (mai 2014) a connu un bel écho au sein de colloques internationaux à Rabat, St Jacut-de-la-mer et Paris et a été relayé dans les médias MENA-Post ou RCF alpha. Les multiples soutiens et témoignages d’intérêt suscités par cette expérience me pousse à la partager à nouveau.

Vous pouvez lire un résumé et feuilleter les premières pages sur le site internet de mon éditeur Bibliocratie. Il vous est ensuite possible dès à présent et pour soixante jours.
- de "souscrire", c’est à dire acheter en ligne http://www.bibliocratie.com/produit/40-jours-dans-le-desert-israelpalestine-2e-souscription/
- d’envoyant un chèque au 48 rue d’Iena 7016 Paris.

Caractéristiques : 150 pages couleurs, 120 x 165 mm
Prix : 16€, frais de port inclus, les éventuels bénéfices seront reversés aux associations qui m’ont soutenue dans ce voyage.
Si l’objectif des 50 ventes n’était pas atteint, les souscripteurs seront intégralement remboursés.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)