Les Amis d’Al-Rowwad

Les Activités du Centre Al Rowwad

L’objectif principal du Centre est de créer un environnement sain pour aider lesjeunes à surmonter l’angoisse engendrée par la violence de l’occupation ( harcèlement , humiliations, manipulations, agressions, arrestations, tortures.. )et trouver un lieu où ils puissent vivre une vie "normalement humaine".
Le centre propose aux jeunes des deux sexes des activités dans divers domaines : spectacle,’arts plastiques, informatique, audio- visuel, langues etc.

POUR LES JEUNES :
- jardin d’enfants et jeux traditionnels,
- musique : chant, instruments variés avec batterie, piano électrique, clarinette, derbouka, flûte, ,
- danse,
- théatre forum sous la direction de Hala, enseignante à l’université de Béthléem.
- art circassien : marionnettes, clown,
- apprentissage des langues ( anglais plus que français)
- stages de vidéo, de photos, de dessin animé :
- dessin, peinture, fresques, mosaïque
et à l’occasion : formation en secourisme etc

POUR LES FEMMES :
Un cycle de formation en coupe et couture ainsi que des journées de perfectionnement ont été l’occasion d’une remise de diplomes. L’équipement est d’un niveau professionnel.Les costumes pour les spectacles sont réalisés sur place.
- des cours de Fitness rencontrent un franc succès.

Pour TOUS :
une bibliothèque est ouverte.

A L EXTERIEUR ,
BELLE RESISTANCE : le camion de la Belle Résistance est chargé de jouets en bois et Murad sillonne la région pour offrir des moments ludiques aux enfants.

LE THEATRE :
le centre a un double visage dans ce domaine. D’une part c’est l’une des activités ludiques proposées aux jeunes comme dans un centre socio- culturel classique ; d’autre part une formation plus rigoureuse de militants – acteurs ou d’artistes professionnels à la recherche d’engagements ? Là est la question ? Abdelfattah a le projet de créer un théâtre, un centre de formation à côté d’Aïda ( mais il existe déjà à Bethléem au moins 2 grandes salles de spectacle). Choix ou cohabitation de ces deux conceptions du théâtre résistant ?

Pour TOUS :
la philosophie du projet est de responsabiliser au maximum les jeunes et de les impliquer dans toutes les étapes du processus de création jusqu’à l’aboutissement et la commercialisation des produits. Les initiatives sont encouragées et accompagnées.Des liens noués avec d’autres structures artistiques ou des médias offrent un territoire de diffusion des productions audio visuelles.

Les formations proposées ouvrent une voie vers la professionalisation et des emplois.
Certains peuvent devenir " auto entrepreneurs" et proposer leurs services en Palestine ; d’autres en s’investissant dans le Centre deviennent animateurs ou formateurs.

Vidéo en français

Vidéo en anglais



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)