Les Amis d’Al-Rowwad

Le CRIF s’en prend aux enfants d’Al Rowwad

Dès le début du mois de juillet, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) a entamé une vigoureuse campagne de dénigrement contre la tournée de la troupe des enfants palestiniens d’Al Rowwad.

Lettres aux maires, aux députés, aux élus locaux, intervention des Renseignements Généraux, la campagne s’est voulue d’emblée nationale : Cenon, Brive la gaillarde, Vaulx-en-Velin et Briançon nous ont signalé dès les premiers jours des tentatives d’intimidation du CRIF pour faire annuler les représentations de la pièce « Nous sommes les enfants du camp ».

Les méthodes sont connues : « pièce antisémite », « menace pour l’ordre public », « proximité idéologique avec le Hamas », « activités anti-républicaines », tout y est passé, amalgames faciles et fantasmes grossiers.

Reste que certains élus locaux, face à une pression médiatique de plus en plus dure, se sont effrayés d’être marqués du sceau de l’antisémitisme, alors qu’ils n’ont fait qu’apporter leur soutien à une troupe de théâtre prônant une résistance non violente à l’occupation militaire israélienne.

A Cenon, près de Bordeaux, le Conseil municipal, qui avait fait annuler les représentations à la demande du préfet de Gironde, a dû se plier à l’injonction du Tribunal Administratif : le spectacle a bien eu lieu, la liberté d’expression a finalement eu gain de cause.(voir article).

A Brive la Gaillarde, toujours suite aux pressions du CRIF, les Renseignements Généraux ont menés une enquête approfondie auprès de la mairie et des associations locales : lls ont donné leur accord, ne recoupant aucune des calomnies du CRIF.

Que le CRIF combatte les associations de soutien à la Palestine n’est pas surprenant, leur appartenance idéologique n’est plus à démontrer, et il est malheureux de constater que la défense des Juifs de France est aux mains de défenseurs acharnés de la politique colonialiste d’Israël.

Par contre, que le CRIF tente de bâillonner des enfants palestiniens, victimes de l’occupation armée de leur pays, est écœurant. Ces enfants ont tous subi les affres de la violence : parents décédés suite à des interventions militaires, parents humiliés par l’armée aux checkpoints, amis tués ou handicapés par les grenades lacrymogènes ou les balles en caoutchouc de l’armée israélienne...
Et en dépit de tout, ils viennent en France proclamer leur volonté de résister pacifiquement, par le théâtre, par la danse, par la musique, par la défense de la culture et de l’âme du peuple palestinien, pour qu’il ne sombre pas dans l’oubli pur et simple.

C’est ce message que le CRIF a tenté de faire interdire, en agitant l’épouvantail du Hamas et de l’antisémitisme. La défense de la culture palestinienne fait-elle donc si peur au CRIF ?



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)