Les Amis d’Al-Rowwad

Le CRIF s’en prend aux enfants d’Al Rowwad

Dès le début du mois de juillet, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) a entamé une vigoureuse campagne de dénigrement contre la tournée de la troupe des enfants palestiniens d’Al Rowwad.

Lettres aux maires, aux députés, aux élus locaux, intervention des Renseignements Généraux, la campagne s’est voulue d’emblée nationale : Cenon, Brive la gaillarde, Vaulx-en-Velin et Briançon nous ont signalé dès les premiers jours des tentatives d’intimidation du CRIF pour faire annuler les représentations de la pièce « Nous sommes les enfants du camp ».

Les méthodes sont connues : « pièce antisémite », « menace pour l’ordre public », « proximité idéologique avec le Hamas », « activités anti-républicaines », tout y est passé, amalgames faciles et fantasmes grossiers.

Reste que certains élus locaux, face à une pression médiatique de plus en plus dure, se sont effrayés d’être marqués du sceau de l’antisémitisme, alors qu’ils n’ont fait qu’apporter leur soutien à une troupe de théâtre prônant une résistance non violente à l’occupation militaire israélienne.

A Cenon, près de Bordeaux, le Conseil municipal, qui avait fait annuler les représentations à la demande du préfet de Gironde, a dû se plier à l’injonction du Tribunal Administratif : le spectacle a bien eu lieu, la liberté d’expression a finalement eu gain de cause.(voir article).

A Brive la Gaillarde, toujours suite aux pressions du CRIF, les Renseignements Généraux ont menés une enquête approfondie auprès de la mairie et des associations locales : lls ont donné leur accord, ne recoupant aucune des calomnies du CRIF.

Que le CRIF combatte les associations de soutien à la Palestine n’est pas surprenant, leur appartenance idéologique n’est plus à démontrer, et il est malheureux de constater que la défense des Juifs de France est aux mains de défenseurs acharnés de la politique colonialiste d’Israël.

Par contre, que le CRIF tente de bâillonner des enfants palestiniens, victimes de l’occupation armée de leur pays, est écœurant. Ces enfants ont tous subi les affres de la violence : parents décédés suite à des interventions militaires, parents humiliés par l’armée aux checkpoints, amis tués ou handicapés par les grenades lacrymogènes ou les balles en caoutchouc de l’armée israélienne...
Et en dépit de tout, ils viennent en France proclamer leur volonté de résister pacifiquement, par le théâtre, par la danse, par la musique, par la défense de la culture et de l’âme du peuple palestinien, pour qu’il ne sombre pas dans l’oubli pur et simple.

C’est ce message que le CRIF a tenté de faire interdire, en agitant l’épouvantail du Hamas et de l’antisémitisme. La défense de la culture palestinienne fait-elle donc si peur au CRIF ?



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)