Les Amis d’Al-Rowwad

Atelier de théâtre masqué à Al Rowwad et Yes theater par le Théâtre du Tiroir

Petit retour sur un séjour de 7 jours au centre Alrowwad et de 3 jours auprès du Yes théâtre.

Durant décembre 2013, au Centre Alrowwad, en concertation avec Abdelfattah Abusrour, Jean-Luc Bansard a animé 3 formations :

- pour les adultes qui encadrent des activités avec les enfants , une initiation au mime et au jeu de théâtre masqué. Trois jeunes femmes du centre (Mira, Tagreed, Marwa) et un invité de Ramallah ont suivi pendant 3 jours (2 heures d’atelier). Cette expérience de jeu les a encourager à demander d’intervenir auprès des petits pour voir comment utiliser ces techniques centrées sur le mouvement et l’engagement corporel. Deux séances d’une heure d’initiation au jeu dramatique pour les enfants de 7 à 10 ans ont été ajoutées.

- pour 4 adolescentes de 11 à 14 ans ( l’atelier encadré habituellement par Hissa) Jean-Luc a écrit sur place et mis en scène en 5 séances de 2 heures une adaptation personnel intitulée LE CHAPERON ROUGE EN PALESTINE.

Un court spectacle masqué de 15 minutes a été présenté le 31 janvier devant une salle comble des enfants du camp et quelques adultes.

Jean-Luc Bansard :
"J’ai proposé de poursuivre l’écriture du texte pour en faire un spectacle de 45 minutes. La mise en scène initiée avec des masques de commedia d’ell arte peut être jouée sans masques et permettra la poursuite du projet sans nécessairement ma présence. Merci à toute l’équipe du centre et à Abed qui m’ont permis de vivre cette expérience."

Les 1 et et 2 janvier, à la demande des comédiens du YES THEATRE Jean-Luc a encadré 6 heures de Master-class sur le théâtre masqué avec une vingtaine de participants adultes, la plupart inscrits à l’université, des enseignants dont beaucoup de jeunes femmes. Sept d’entre eux sont acteurs de la dernière production du Yes théâtre, "la visite". Le projet d’un stage longue durée sur le théâtre corporel a été évoqué.

Dans les deux structures, Alrowwad et Yes-theater , il s’agissait d’initiation et d’éducation populaire. L’idée de stages vers les comédiens professionnels n’a pas été évoquée.

Jean-Luc Bansard :
"Pour moi, le travail de formation des cadres est sans doute le bon levier pour développer des projets artistiques ambitieux avec les jeunes des ateliers.

Mon spectacle CONTES HUMORISTIQUES DE PALESTINE est repris en janvier en Mayenne et donnera lieu à l’exposition des photos des enfants du Centre photos issues de l’activité IMAGES FOR LIVE."



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)