Les Amis d’Al-Rowwad

Atelier de théâtre masqué à Al Rowwad et Yes theater par le Théâtre du Tiroir

Petit retour sur un séjour de 7 jours au centre Alrowwad et de 3 jours auprès du Yes théâtre.

Durant décembre 2013, au Centre Alrowwad, en concertation avec Abdelfattah Abusrour, Jean-Luc Bansard a animé 3 formations :

- pour les adultes qui encadrent des activités avec les enfants , une initiation au mime et au jeu de théâtre masqué. Trois jeunes femmes du centre (Mira, Tagreed, Marwa) et un invité de Ramallah ont suivi pendant 3 jours (2 heures d’atelier). Cette expérience de jeu les a encourager à demander d’intervenir auprès des petits pour voir comment utiliser ces techniques centrées sur le mouvement et l’engagement corporel. Deux séances d’une heure d’initiation au jeu dramatique pour les enfants de 7 à 10 ans ont été ajoutées.

- pour 4 adolescentes de 11 à 14 ans ( l’atelier encadré habituellement par Hissa) Jean-Luc a écrit sur place et mis en scène en 5 séances de 2 heures une adaptation personnel intitulée LE CHAPERON ROUGE EN PALESTINE.

Un court spectacle masqué de 15 minutes a été présenté le 31 janvier devant une salle comble des enfants du camp et quelques adultes.

Jean-Luc Bansard :
"J’ai proposé de poursuivre l’écriture du texte pour en faire un spectacle de 45 minutes. La mise en scène initiée avec des masques de commedia d’ell arte peut être jouée sans masques et permettra la poursuite du projet sans nécessairement ma présence. Merci à toute l’équipe du centre et à Abed qui m’ont permis de vivre cette expérience."

Les 1 et et 2 janvier, à la demande des comédiens du YES THEATRE Jean-Luc a encadré 6 heures de Master-class sur le théâtre masqué avec une vingtaine de participants adultes, la plupart inscrits à l’université, des enseignants dont beaucoup de jeunes femmes. Sept d’entre eux sont acteurs de la dernière production du Yes théâtre, "la visite". Le projet d’un stage longue durée sur le théâtre corporel a été évoqué.

Dans les deux structures, Alrowwad et Yes-theater , il s’agissait d’initiation et d’éducation populaire. L’idée de stages vers les comédiens professionnels n’a pas été évoquée.

Jean-Luc Bansard :
"Pour moi, le travail de formation des cadres est sans doute le bon levier pour développer des projets artistiques ambitieux avec les jeunes des ateliers.

Mon spectacle CONTES HUMORISTIQUES DE PALESTINE est repris en janvier en Mayenne et donnera lieu à l’exposition des photos des enfants du Centre photos issues de l’activité IMAGES FOR LIVE."



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)