Les Amis d’Al-Rowwad

Une famille palestinienne va sur ses tombes par un tunnel sous le mur de séparation près de Bethléem

Les Palestiniens ont souffert de bien des façons à cause du mur de séparation israélien, et dans le cas d’une famille, à Al-Walajah, à l’ouest de Bethléem, le mur la sépare des tombes de ses parents. Ahmad Barghouth, 66 ans, a dit à Ma’an qu’il a enterré ses parents et ses grand-parents il y a quelques années dans son champ, près de sa maison. Mais le mur de séparation a été construit sur son terrain, entre le petit cimetière familial et sa maison.

Une famille palestinienne va sur ses tombes par un tunnel sous le mur de séparation près de Bethléem

Lorsque Barghouth a vu les projets du mur, il a compris que le tracé isolerait les tombes de sa famille. Mais il peut leur rendre visite par un petit tunnel sous le mur de séparation - Barghouth a réussi à obtenir l’autorisation pour ce tunnel de la cour suprême israélienne.

"J’ai pu à plusieurs reprises arrêter les entrepreneurs de travailler dans cette zone, jusqu’à ce que la cour décide enfin qu’un tunnel devait être creusé sous le mur de manière à ce que ma famille puisse accéder aux tombes."

Le tunnel a été construit avec une porte en fer à l’entrée, et les clés ont été remises à la famille.

Pendant la visite avec un journaliste de Ma’an, Nidal, le fils de 46 ans de Barghouth, a expliqué que sa famille a perdu de grands pans de terres agricoles à cause du mur de séparation.

"Nous avions l’habitude d’aller librement dans nos oliveraies, mais maintenant, comme vous pouvez voir, les vergers ont été abimés, ainsi que le paysage et la vue naturelle."

"Regarde cette pelle mécanique là-bas, en train d’arracher des arbres qui ont été plantés il y a des siècles," dit-il pendant qu’un bulldozer déracine des oliviers.

Photo

Le maire de al-Walajah, Abd al-Rahman Abu al-Teen, dit que le village a été mal pris en compte et même ignoré par l’Autorité palestinienne. "Il y a quelques années, un fonctionnaire de l’AP a visité le village pour vérifier un projet," a dit Abu al-Teen.

"Lorsque les villageois l’ont exhorté à aller sur la zone où était prévu le tracé du mur de séparation, il a trouvé un prétexte pour ne pas y aller, il a promis de visiter le secteur plus tard, mais il n’est jamais revenu."

Le mur de séparation, dont la construction a commencé en 2003, contribue à restreindre massivement la liberté de circulation des Palestiniens au sein de leur territoire internationalement reconnu.
Lorsqu’il sera terminé, 85% du mur sera construit à l’intérieur de la Cisjordanie occupée.

En 2004, le Cour internationale de Justice a demandé à Israël d’en arrêter la construction.

Source : Maan News

Traduction : MR pour ISM



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

    Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !
    Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.
    Sans le moindre (...)

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)